Interview :

Paul Watson, l’éco-warrior

De retour des îles Féroé où il a combattu le massacre annuel de baleines, Paul Watson nous accueille à bord du Brigitte Bardot pour nous détailler les actions que son organisation, Sea Shepherd, mène à travers le monde. Réfugié à Paris afin d’échapper à Interpol, le pirate défenseur des océans nous confie également sa vision du futur de l’environnement ainsi que ses espoirs pour la COP 21. A lire également dans Néoplanète N°42

sea shepherd

Sea Shepherd se bat sur de nombreux fronts, mais dans un but unique : la protection des océans. Paul Watson nous détaille leur situation aux îles Féroé, la chasse aux braconniers en Afrique du Sud, et la menace que fait peser le Japon sur les baleines de l’Antarctique. Il nous donne aussi son point de vue sur la relation entre les surfeurs et les requins.

Le capitaine de Sea Shepherd figure sur la liste rouge d’Interpol – une liste normalement réservée aux tueurs en série et aux criminels de guerre – mais se sent en sécurité dans sa nouveau pays : la France. Il nous explique aussi ce qu’il attend de la COP 21, qui se tiendra en décembre à Paris.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.