Quelle époque éthique !

Paix en Colombie : une belle « Utopia » ?

En Colombie, un cursus d’agronomie prépare les jeunes à reprendre possession des terres de leurs parents. Afin de reconstruire le pays et d’œuvrer à la réconciliation nationale.

columbia-2064509_1280 (Copier)

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite, collaboration Nathalie Cayzac :

Une des bonnes nouvelles de ces derniers temps était la signature le 22 Novembre de l’accord de paix entre le gouvernement de Colombie et les FARC. Mais pour que la paix perdure, elle doit passer par le développement des campagnes.

Car la possession de la terre était l’un des enjeux de ce conflit particulièrement violent. Beaucoup de paysans ont été dépossédés et le processus de paix prévoit de leur rendre leurs terres. C’est pourquoi le projet Utopia lancé par l’université La Salle de Bogota, soutenu par le ministère de l’Education nationale est si important. Utopia, c’est un cursus d’agronomie, destiné à former des enfants de ces paysans pour les aider à reprendre leurs terres en main.  Pendant 4 ans, ils vont étudier la phytotechnie, la chimie, la gestion des sols et de l’eau. A la fin de leurs études, ils doivent proposer  un projet de développement local. A l’instar de Shirley Arango, fraîchement diplômée d’Utopia, qui a repris la petite ferme familiale. Elle vient d’embaucher ses frères et compte doubler sa production d’ananas.

C’est une nouvelle génération qui veut tourner la page mais une réconciliation nationale demeure un enjeu majeur et ne doit pas être simple à mettre en place.

C’est même un sacré défi ! Ricardo Bueno, le directeur d’Utopia, expliquait même récemment dans le Monde : « Certains de nos élèves ont du ressentiment et de la haine. Beaucoup arrivent ici avec la peur ». Les responsables d’Utopia ont, du coup, élaboré des moyens très concrets pour aider à la réconciliation :  on attribue les chambres en mélangeant les étudiants selon leur provenance, on exige une certaine discipline et des règles de politesse, tout signe de violence est interdit, etc.  Le but est de transformer les mentalités de ces jeunes et de former des agents de paix qui iront ensuite s’éparpiller dans tout le pays pour cultiver la terre avec un autre état d’esprit, celui de la tolérance, belle mission caramba !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone