Cinéma : « Ombline » de Stéphane Cazes

Pour son premier film, Stéphane Cazes a choisi de parler de la maternité en prison. Un sujet difficile qu’il survole avec talent et sentiment. Et en compagnie de Mélanie Thierry. En salles dès aujourd’hui.

 

 

 

 

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/09/Ombline.mp3|titles=Ombline]

On sait, parce qu’on lit les journaux, les conditions abominables dans lesquelles les prisonnières accouchent, parfois menottées pendant le travail, des fois qu’elles décideraient de fuir entre deux contractions, le col dilaté, le bébé engagé… Dans « Ombline », l’héroïne échappe à cette contrainte, la sage-femme claquant fermement la porte de la salle au nez de la matonne.

« Ombline » est un premier film, qui habite son réalisateur depuis 2002, au point qu’il a rejoint pendant deux ans l’association Génépi et a assuré des cours de soutien scolaire aux prisonniers. Et il a tourné ce film. Pendant les 18 premiers mois, les prisonnières peuvent garder leur enfant près d’elles. Ombline découvre au moment de l’incarcération qu’elle est enceinte. Le spectateur, lui, se retrouve face un oxymore visuel, l’univers carcéral et les accessoires enfantins. C’est infiniment triste aussi. Poupon contre zonzon, innocence contre crime.

Le réalisateur a l’intelligence de ne jamais excuser son héroïne, de ne pas lui chercher des circonstances atténuantes ni à justifier ses actes. Elle est violente, très. Elle a planté une lame dans la cuisse d’un flic venu arrêter son compagnon. Elle en a pris pour 3 ans. Elle n’a pas toujours fait les bons choix dans sa vie, mais cet enfant, elle va l’aimer, même si là tout de suite, tout cela, l’enfant et l’amour, lui sont très inconnus. Peut-être qu’il y aura, après la punition, comme une rédemption. Ou pas. Tout le film raconte cet apprentissage de l’amour de l’autre puis de la confiance en soi.

Mélanie Thierry est simplement époustouflante, attirant l’empathie, on pourrait parfois se croire dans un documentaire (qui aurait été particulièrement bien filmé). On enrage avec Ombline, on se révolte sur ses talons, on se calme comme elle. Et on lui souhaite, à sa sortie, une vie meilleure.

Voir la bande-annonce :

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

"Polyglotte et multimédia, curieuse de tout, avare de rien, en chapeau sur son vélo ou en lunettes en salles obscures, Monique Neubourg aime le cinéma, les livres, les parfums, les jardins, les séries américaines, les relations humaines, l'air du temps et le bruit de l'eau. Elle fait même ses shampoings bio elle-même !