Expédition 7ème Continent :

Océans : une pollution plastique sans fin ?

« Homme libre, toujours tu pollueras la mer ! » C’est par ces termes que Baudelaire aurait écrit son poème s’il avait rencontré Patrick Deixonne ! Il y a un mois, nous vous parlions de l’Expédition 7ème Continent qui prenait le large pour la Martinique. Une mission écologique et scientifique dont le but est de comprendre la pollution plastique en mer, notamment sa concentration dans les différents océans. Alors qu’il vient de rentrer de sa dernière mission, Patrick Deixonne, navigateur et explorateur mais également chef de l’opération 7ème Continent, nous fait part de ses dernières observations.

topic

Pendant 3 semaines, le catamaran de l’Expédition 7ème Continent a parcouru 2,500 kilomètres au sein du gyre de l’Atlantique nord, un tourbillon de courants qui concentre les particules de plastiques. Nous avons voulu connaître les premiers résultats de cette expédition et si quelque chose avait frappé Patrick Deixonne à la vue de ces nouveaux « continents »…

En tant que Chef de l’Expédition 7ème Continent, Patrick Deixonne considère qu’une autre opération est nécessaire pour témoigner des enjeux et de la situation alarmante dans ces zones qui nous semblent souvent si éloignées…

Ce plastique est bel et bien présent dans nos océans, et ce pour plusieurs décennies à venir. Patrick Deixonne qui a pu le voir de ses propres yeux sait-il quoi faire en attendant et, surtout, pense-t-il que la solution est dans le nettoyage ?

Quelques mois avant la COP21, Patrick Deixonne s’interroge sur le manque d’importance des océans au cœur du débat publique. Avec la ferme intention de peser dans les discussions de la conférence sur le climat en septembre, il vient de monter un collectif qui regroupe plusieurs associations…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Paul Brinio

Né dans le sac à dos de ses parents, cet aspirant journaliste tombe rapidement amoureux de la radio. Après avoir traîné sa barbe et ses cheveux à RFI Bruxelles et dans des rédactions locales, il termine sa formation de journaliste, rejoint l'équipe de Néoplanète en 2015 et continu ses études de géopolitique dans un souci de conquête mondiale.