Léo au pays des oiseaux :

Manchots, pélicans… Objectif bien-être ?

Au Parc des Oiseaux, la plupart des pensionnaires naissent en captivités, sont élevés par l’Homme puis gardés dans des lieux souvent limités dans l’espace. Ils sont amenés à voir du public quotidiennement et certains sont même entraînés pour livrer des performances artistiques sur scène. Comme dans n’importe quel parc zoologique, se pose alors la question du bien-être animal. Les animaux sont-ils bien traités ? Dans quelle mesure sont-ils libres ? Peut-ont dire qu’ils sont heureux?

IMG_3193

Selon Emmanuel Visentin, directeur du lieu, ces notions sont au cœur des préoccupations du parc. Je suis donc allé me renseigner sur le bien-être de ses pensionnaires auprès de Laure Briolet, la responsable de la Nurserie, qui s’en occupe dès leur naissance. Écoutez ce qu’elle explique sur les ailes coupées et dites-nous si cela vous choque ou pas sur Radio Néoplanète en téléphonant et laissant votre message au 01 47 35 80 96.

Du coup, comment ça se passe sur le terrain ? Nous avons rencontré Yannick Rousies, soigneur animalier et spécialiste des oiseaux exotique. La Dombe, il doit peu la connaître, puisqu’il passe le plus clair de son temps dans des zones reproduisant des milieux exotiques ! Il répond à mes questions au milieu des fougères, dans la Jungle Tropicale !

L’autre méthode dont nous parlait Laure Briolet, la responsable de la nurserie, pour assurer le bien être des oiseaux, c’est de jouer sur leur complémentarité dans la nature. Dans la volière des rapaces, se côtoient ainsi plusieurs espèces qui s’entendent plutôt bien quand il s’agit de passer à table… Attention si vous avez l’estomac fragile !

Pour finir, le Pélican Frisé est nourri d’une manière un peu spéciale…! Afin d’entretenir au mieux son comportement naturel sauvage, le parc déverse tous les ans des tonnes de poissons vivants dans l’étang autour de l’Île des Pélicans pour leur permettre de pêcher ! Ils ont une méthode un peu spéciale que nous décrit Yannick Rousies dans cette interview.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Léo Arguillère

Journaliste Multimédia et occasionnellement musicien et acrobate urbain. Proche de la nature tel un hippie sauvage, et déjà concerné par les questions de bien-être et de santé, c’est après avoir vu le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent que Léo s’est engagé dans l’écologie. Ce documentaire l’a convaincu que le combat n’était pas vain, qu’il y avait encore de l’espoir et qu’il fallait se battre pour montrer au monde les solutions qui existent.