Livre :

Nicolino : « Ce vaste merdier qu’est devenue l’agriculture »

Certains se souviennent de Fabrice Nicolino, un journaliste qui a été très gravement blessé lors de l’attentat de Charlie. Aujourd’hui, il sort un livre au titre clair : « Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture », aux éditions les échappées. Il retrace le drame de l’agriculture, industrialisée à outrance après la guerre.

Yolaine de la Bigne, reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 ! 

dung-276057_640

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Déjà, comment va Fabrice Nicolino ?

Moyennement, il doit encore se faire opérer et il se déplace mal. Heureusement il peut écrire, on se souvient de son livre Bidoche qui dénonçait les ravages de l’industrie de la viande, cette fois-ci, il publie un ouvrage au titre clair : « Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture », aux éditions les échappées. Il retrace le drame de l’agriculture, industrialisée à outrance après la guerre. Ces jeunes, portés par l’élan de la résistance, qui ont voulu révolutionner le système agricole. Des agronomes sont partis à la découverte de l’Amérique et y ont découvert les abattoirs modernes, les fermes géantes, les labos scientifiques. Ils en sont revenus avec des livres sur la sélection génétique, l’alimentation industrielle, etc…

Et à l’époque, ils trouvaient ça forcément extraordinaire !

Quand vous pensez que c’est la première chaine de désassemblage bovine aux États-Unis qui a donné l’idée à Ford de créer une chaîne d’assemblage pour les voitures,  ce qui donnera la succès mondial de la Ford T avec un bond de 300% de productivité ! Oui tout le monde a cru à ce miracle qui va pourtant sonner le glas des paysans, explique Fabrice Nicolino : les agriculteurs meurent et les consommateurs ne veulent plus d’une eau empoisonnée ni d’animaux maltraités dans des chaînes d’abattage. La solution : au-delà d’une agriculture biologique en échange de subventions, il faut un véritable pacte national entre nous tous.

C’est sympathique comme intention mais pas évident !

D’autant que les lobbies agissent. Nicolino donne l’exemple d’André Pochon. A la fin des années 50, et agriculteur breton a inventé l’engrais sans azote et sans pesticides, invention géniale mise immédiatement sous scellés par l’INRA (organisme créé après-guerre en 46 et incubateur de l’industrialisation de l’agriculture) parce cela dérangeait à l’époque. Aujourd’hui le système Pochon est enseigné dans les filières universitaires ! Il faudrait donc l’utiliser dans l’agriculture… Autre solution, délester les banlieues remplies de chômeurs qu’on pourrait inciter à partir cultiver la terre à la campagne, etc. Beaucoup d’autres propositions dans ce livre car pour Nicolino : une société meilleure passera par une agriculture meilleure.

Engie-300x180

 

Cette chronique a été diffusée le 23 septembre sur Sud Radio en partenariat avec Engie

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Lisa Charles

En école de journalisme, Lisa est passionnée de voyages, de musique et de sport. Après avoir visité les Etats-Unis et la Chine, elle se consacre à la photographie, voie qu’elle aimerait suivre une fois ses études terminées. Toujours de bonne humeur et plein de projets en tête, Lisa est à la recherche d’aventure.