Quelle époque éthique :

Migration : une urgence internationale à deux vitesses

21,3 millions de réfugiés dans le monde. 86% accueillis dans des pays en voie de développement. Que font les pays les plus riches ? Recroquevillés sur leurs peurs, et peu encouragés par leurs politiques, ils attendent… Que le ciel leur tombe sur la tête ?

Pixabay
Pixabay

Version audio :

Version écrite :

Le dernier rapport d’Amnesty International sur les réfugiés souligne l’urgence de la situation, un vrai drame éthique

On en a parlé mais il faut y revenir car en effet, c’est un des plus gros problèmes de nos sociétés modernes. Fin septembre le Haut Commissariat pour les réfugiés à l’ONU a fait adopter par 193 pays la Déclaration de New-York » qui invite les pays à assurer la réunification familiale d’un plus grand nombre de réfugiés et qui exhorte les pays riches à assumer leur responsabilité en y consacrant des financements fiables. L’effort devra être commun et partagé entre 50 pays avec 360 000 réfugiés à accueillir dans l’année qui vient, le double des chiffres actuels. Une belle intention qui n’oublie pas de souligner l’effort du Canada et de l’Allemagne, salué d’ailleurs par Barak Obama.

Et pourtant ces manifestations de solidarité ne suffisent pas aux organisations humanitaires

Car le phénomène prend une ampleur inégalée : il y aurait plus de 21 millions de réfugiés à travers le monde, chassés par les guerres ou les persécutions. Amnesty International rappelle que dix pays dans le monde accueillent à eux seuls 56% des réfugiés, dont le Liban ou la Jordanie. La disproportion pose un réel souci puisque 86% des réfugiés sont accueillis dans des pays en voie de développement où ils vivent dans des situations de précarité ou subissent un harcèlement de la part des autorités du pays d’accueil comme au Kenya ou au Pakistan… Vue cette situation explosive, Amnesty inaugure avec ce rapport une campagne de mobilisation internationale qui durera deux ans. Intitulée « I Welcome » elle est destinée à informer et alerter les opinions publiques mondiales et peut-être influer sur les pays les plus riches pour qu’ils considèrent ce bouleversement géopolitique de façon plus importante.

Amnesty International
Amnesty International
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.