Quelle époque éthique !

L’hôtel à pleurer

Les Japonais ne se lassent pas de nous étonner ! Dernière trouvaille : la chambre d’hôtel pour pleurer  quand on a un gros chagrin loin des regards !

Les différentes formules de « Quelle époque éthique » :

– en podcast radio
– en version écrite
– à écouter sur la Radio Néoplanète tous les jours à 9h45, 15h45 et 19h45 neo-planete.com/radio.html

Ecoutez la chronique audio :

Version écrite de la chronique :

Après la location de belle-mère, les love-hôtels ou les poupées gonflables assises à votre table pour se sentir moins seuls à la maison, voici la chambre à pleurer ! Le concept vient d’être lancé par l’hôtel Mitsui Garden Yotsuya à Tokyo, qui se fait une belle opération de promo avec cette idée à exploser de rire : nous ne pouvons pas pleurer à la maison car se retrouver seule est un stress supplémentaire. Plein de compassion, cet hôtel a tout prévu en pensant aux dames, ces messieurs étant bien sûr assez forts pour ne pas se laisser aller à pleurer, ouba !  Pour 75 euros la nuit, on vous propose une chambre aux murs insonorisés pour que les voisins ne se plaignent pas du bruit de vos sanglots. A l’intérieur, des boites à mouchoirs, un démaquillant pour enlever le mascara qui coule sur vos joues meurtries par le chagrin, un masque apaisant pour dégonfler vos pauvre yeux épuisés et un anti-cernes pour ne pas avoir l’air ridicule le lendemain.

Vous en avez gros sur le cœur mais ne parvenez pas à couler une larme ? Une sélection de films tristes et la playlist « spécial sanglots » vont se charger de vous faire craquer… Qui résisterait à tant de sollicitude ? Faut-il en rire ou en pleurer ? Ce principe peut nous sembler étrange, mais comme le faisait remarquer le magazine Clé, c’est une conception très bouddhiste de la vie : se concentrer sur soi-même et affronter son chagrin pour redémarrer le lendemain et avoir retrouvé la joie de vivre pour en rire jusqu’aux larmes !

depression-72318_640

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.