Quelle époque éthique !

Les Pays-Bas font un grand pas pour le droit des animaux

animal-1554745_1280Le gouvernement néerlandais a décidé d’arrêter totalement les tests sur les animaux d’ici à 2025. Les expérimentations animales sont contestées jusque dans les milieux scientifiques mais aucune décision politique n’avait été prise jusqu’à présent.

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

Le gouvernement néerlandais étudie la possibilité de mettre fin aux expérimentations animales, c’est une première!

Une première mondiale ! Les Pays Bas avaient déjà fait passer une motion au Parlement pour faire cesser les expérimentations sur les primates non-humains ; aujourd’hui leur objectif va plus loin : le but est d’employer des méthodes alternatives aux tests sur les animaux d’ici à 2025. Le conseil national pour la protection des animaux utilisés dans la recherche scientifique (NCad) a organisé une réunion, à La Haye, avec des association de défense animale comme la Peta pour réfléchir à ce bouleversement. Chaque année, 11,5 millions d’animaux en Europe servent de cobayes dans les laboratoires ! La France à elle seule en utilise 2,2 millions. Mais la population s’indigne de plus en plus de ces méthodes cruelles dont certains scientifiques doutent carrément de l’utilité. Le professeur Claude Reiss, ancien chercheur au CNRS, interroge : « Cancers, diabètes, autisme, alzheimer, mucoviscidose… où sont les thérapies dues aux animaux de laboratoire ? (alors que) le nombre de patients affectés par ces maladies a plus que doublé en 10 ans ! ». Quant au chercheur américain Steve Martin, il reconnait dans la revue scientifique Nature que « même quand les études animales suggèrent qu’un traitement sera efficace et sans danger, plus de 80% des médicaments potentiels échouent quand on les teste sur des gens ».

Mais l’argument qu’on oppose toujours est qu’il n’y a pas vraiment d’alternatives

Or il en existe comme des cultures de cellule et de tissus humains ou encore les modélisations informatiques. Le biophysicien Jean-François Narbonne et le chercheur en biologie cellulaire, Christophe Furger ont mis au point le programme Valitox qui permet de déceler la toxicité d’une substance chimique sans passer par un animal par exemple. Ce test est fiable à 82% alors que l’on ne dépasse pas 65% avec les souris. A Harvard, l’institut Wyss a créé des organes sur puces électroniques, reliables entre elles, pour imiter la physiologie humaine… Nous avons des méthodes alternatives sans cruauté et beaucoup plus fiables !

Et en France, on en est où ?

La cause est polémique. La semaine dernière, le sénateur PS Jean-Louis Carrère a demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le mouvement « animaliste » comme il l’appelle, « ce phénomène inquiétant dont les ramifications et le financement s’étendent dans le monde entier ». Mr Carrière semble très angoissé par ce vaste réseau international qui représente : « un danger de rupture entre des populations attachées aux valeurs de l’humanisme et celles qui prétendent lui substituer l’idéologie animiste ». Précisons que Monsieur Carrère a fait lire son discours (ah il n’était pas présent !) par Danielle Michelle, une collègue des Landes… lors d’un colloque organisé par l’Observatoire des cultures taurines (ONCT), et avec le soutien de l’Union des villes taurines françaises. Ayez ayez donc braves gens, les L214 qui osent montrer ce qu’il se passe dans les abattoirs ou les CRAC qui ont le culot de penser qu’un taureau souffre dans l’arène, tous ces gens sont de dangereux terroristes, cachez-vous vite !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.