Océan :

Les méduses nous alertent sur la santé des océans

Vous avez rencontré beaucoup de méduses sur les plages cet été ? Figurez-vous que cette prolifération n’est pas anodine !

jellyfish-690472_960_720

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 7h52 du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 11h30, 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30.

Version audio :

Version écrite :

Nous avons souvent évoqué la pollution des océans, la surpêche, l’acidification des océans… mais aujourd’hui c’est l’occasion de parler des méduses qui sont de plus en plus présentes. Avec l’approche de l’été, les alertes à la méduse sont nombreuses ces dernières semaines (à Tahiti début mai, en Vendée le 15 mai,  dans le Var le 29 mai…). Ce qui pose plusieurs problèmes : c’est dangereux pour les baigneurs, on estime aujourd’hui à une cinquantaine le nombre de décès dus à des piqûres de méduse chaque année dans le monde. Elles tuent 5 fois plus que les requins. Autre souci : leur impact sur les activités maritimes avec notamment des pertes massives de poissons dans des fermes aquacoles ou même l’arrêt forcé durant 3 jours d’une centrale nucléaire en Suède (Oskarshamn) à cause d’une trop forte concentration de méduses dans la prise d’eau de son système de refroidissement.

Mais d’où cela vient cette prolifération ?

En fait ce n’est pas nouveau car les méduses se reproduisent très vite quand elles vivent dans un bon environnement et elles bénéficient également d’un pouvoir d’adaptation exceptionnelle. Et justement c’est le problème : l’homme a détruit leurs prédateurs notamment le requin, le réchauffement des océans donne une température à l’eau qu’elles adorent, et puis la pollution par les eaux usées et les engrais augmente la quantité de nutriments et la production de plancton, ce qui donne toujours plus de nourriture aux méduses.

Existent-ils des solutions ?

Aucune solution n’est radicale, un coréen a inventé un robot broyeur de méduses, Jeros, qui les aspire, les découpe et les rejette, une solution dégoûtante et que la communauté scientifique juge pire que le mal puisque cela revient a rejeter une « soupe urticante » dans la mer. Certains envisagent des longueurs d’onde que les méduses ne supportent pas pour les faire partir des plages par exemple mais là encore ça ne résout rien. La vraie solution consiste à rétablir l’équilibre des océans par les moyens que l’on connaît : éviter les excès d’engrais, réduire les émissions de CO2, pratiquer une pêche durable, éviter la diffusion de chaleur dans l’océan par les usines en la réutilisant ailleurs, rendre  le transport maritime plus propre. Plus d’infos dans le livre « Méduses, à la conquête des océans », ouvrage collectif de l’Institut océanographique, aux éditions du Rocher, auteurs Robert Calcagno et Jacqueline Goy.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !