Agriculture :

Lydia et Claude Bourguignon : il faut sauver notre sol !

Bourré d’engrais chimiques, le sol se meurt. On sait comment lui faire retrouver sa fertilité à condition de renouer avec une culture respectueuse de la nature, bref d’avoir à nouveau les pieds sur terre !

swjfx7spdfi4k49

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 ! 

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Sujet peu connu, on oublie souvent nos sols. Pourtant ils ont une importance capitale pour l’environnement, n’est-ce pas ? 

Oui, c’est un sujet fondamental puisqu’ils nous portent et nous nourrissent. D’ailleurs 2015 était l’année internationale des sols et on n’en a quasiment pas entendu parler. Nous avons la chance d’avoir en France deux grands spécialistes, Lydia et Claude Bourguignon, un couple de microbiologistes. Ils font des expertises dans le monde entier. Ils ont créé, en 1990, un laboratoire d’analyse de sol pour restaurer la biodiversité des sols de terroir (le LAMS). Ils expliquent, dans une interview accordée à Néoplanète, qu’à force d’être bourré de fertilisants depuis une cinquantaine d’année, le sol ne parvient plus à nourrir les végétaux. On est passé de 4 tonnes de vers de terre à moins de 100 kilos !  Notre terre a perdu plus de la moitié de sa matière organique, or c’est capital pour le climat. Le couple a calculé que si on arrêtait de mettre des engrais sur toute la planète, les émissions de CO2 baisseraient de 40% !

Les comportements des agriculteurs et des jardiniers peuvent-ils changer ?

C’est surtout que de nombreuses multinationales ont intérêt à ce que les sols soient en mauvais état pour vendre leurs produits de traitements, fertilisants, etc. Surtout en France, l’un des pays les plus en retard en agriculture bio. Avec la Hollande, nous partageons les sols les plus pollués d’Europe ! Avant de rentrer en agriculture chimique, nous étions la 1ère puissance agricole européenne. Aujourd’hui nous sommes passés 3ème, derrière l’Allemagne et l’Italie. Heureusement, les choses évoluent, les Français demandent de plus en plus de produits bio qu’il faut importer vu notre retard et même l’INRA, après de longues années productivistes, commence à défendre la biodiversité.

Retrouver un sol en bon état prendra combien de temps?

Entre 5 et 15 ans, le temps de baisser progressivement les engrais et pesticides pour que la terre retrouve sa fertilité. Et le temps de former les agriculteurs qui ne connaissent plus la terre. Pour les aider, le laboratoire des Bourguignon, le LAMS pratique des analyses très poussées du sol, qu’on peut aussi trouver sous forme de kit dans les enseignes Botanic pour nous indiquer la méthode de restauration de chaque sol en fonction de ses caractéristiques. En attendant, chacun d’entre nous peut agir, en choisissant un légume moche, par exemple, plutôt qu’une belle pomme vernie !

585Cette chronique a été diffusée le 14 janvier sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Laura Stefanutto

Passionnée par le monde et ses richesses culturelles, elle écume les mers depuis son plus jeune âge. Bien décidée à profiter de ce que lui offre la vie, elle débute une série de voyage en solitaire, avec l’Australie notamment, après l’obtention de son bac. Quelques mois plus tard et des souvenirs plein la tête, elle revient en France pour entamer une école de journalisme. Sensible à la cause humaine et environnementale, elle est convaincue qu'un avenir meilleur est possible.