Economie :

L’écologie de demain : ne pas réprimander mais inciter !

Redevances, compte-épargne, avantages… aujourd’hui on privilégie les moyens d’aider la population à évoluer sans contraintes puisque l’écologie permet de faire des économies. Pragmatique et efficace.

Ecoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Vous nous avez récemment parlé de l’étude du site mescoursespourlaplanete.com sur « la vie happy ». On y revient, pourquoi ?

Ce genre d’études permet de donner plein d’exemples d’actions positives à nos auditeurs qui en ont bien besoin ! Les français sont agacés par les écolos qu’ils trouvent culpabilisateurs et moralistes, il faut donc leur exposer des solutions qui fonctionnent bien et qui peuvent les inspirer, ce qui est le principe de cette étude. Par exemple, la Corée du Sud est un pays pionnier en matière de récompense basée sur les actions écologiques. En 2008, le gouvernement a lancé un plan de « croissance verte » avec différentes mesures. Il a notamment créé la Green Card, une carte délivrée gratuitement pour encourager les individus à adopter un mode de vie plus durable.

Comment, en proposant des gratuités et des bons d’achats ?

Oui, elle vous donne des points que l’on peut convertir en argent sonnant et trébuchant. Cela fonctionne quand vous réduisez votre consommation d’eau, d’électricité et de gaz, quand vous prenez les transports en commun ou que vous faites des achats eco-labellisés. En France, ce genre d’initiatives commence à voir le jour aussi. On a la Redevance Incitative sur les déchets créée pour remplacer la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères. Elle est testée, depuis 2011, dans le Grand Besançon (soit auprès de 100 000 habitants) et a déjà permis une baisse de 28% des déchets ménagers.

Quel est le principe de cette redevance ?

Les déchets non recyclables vont dans un bac gris qui est équipé d’une puce électronique pour identifier le propriétaire. Lors du ramassage des déchets, les camions bennes pèsent ces bacs et enregistrent leurs poids à chaque passage afin d’établir une facturation. Ainsi, au lieu de payer un tarif unique, chacun paye de façon plus équitable en fonction de ce qu’il consomme. C’est ce que l’on fait déjà pour l’eau ou l’électricité. C’est plus juste et cela vous permet de comprendre comment vous gérer votre consommation et du coup vos déchets. Autre belle initiative, le compte épargne CO2 qui récompense ceux qui ne polluent pas ! Lancée en 2013 par la start-up bretonne « 450 » et soutenue par la métropole de Brest. Le principe : moins vous polluez, vous isolez votre maison, vous allez au boulot à vélo ou en covoiturage etc, plus vous gagner de l’argent. Bref une écologie non punitive mais incitative !

585Cette chronique a été diffusée le 16 février sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Laura Stefanutto

Passionnée par le monde et ses richesses culturelles, elle écume les mers depuis son plus jeune âge. Bien décidée à profiter de ce que lui offre la vie, elle débute une série de voyage en solitaire, avec l’Australie notamment, après l’obtention de son bac. Quelques mois plus tard et des souvenirs plein la tête, elle revient en France pour entamer une école de journalisme. Sensible à la cause humaine et environnementale, elle est convaincue qu'un avenir meilleur est possible.