Femmes et environnement :

L’écologie a-t-elle un sexe ?

Si le changement climatique concerne tout le monde, il touche davantage les femmes que les hommes. C’est ce que nous apprend le rapport « Femmes et environnement » de la Fondation Raja Danièle Marcovici. Explications.

nature-845849_640
Pixabay

 

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 ! 

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Aujourd’hui au Grand Palais où se tient Solutions COP 21, on va beaucoup parler des femmes. Quel rapport avec l’environnement ?

Un rapport direct et injuste car l’homme et la femme ne sont pas égaux face au changement climatique. C’est la conclusion du rapport « Femmes et environnement » de la Fondation Raja Danièle Marcovici qui explique qu’elles sont triplement impactées. D’une part, le changement climatique touche les populations les plus précaires, dont elles forment 70%, d’autre part parce qu’elles gèrent traditionnellement l’alimentation, la collecte de l’eau, du bois, tâches plus rudes voire dangereuses avec la déforestation et la désertification. Enfin l’inégalité de la plupart des sociétés les empêchent d’avoir les moyens d’évoluer, d’avoir des terres, du matériel, des technologies pour échapper à cette condition parfois très dure vis-à-vis de leurs maris et frères.

D’autant plus qu’en nourrissant leur famille, elles jouent un rôle important !

Oui elles connaissent bien l’agriculture, les plantes médicinales etc. Elles sont les gardiennes du foyer avec souvent un bon sens que les sociétés patriarcales devraient écouter. Par exemple, au Sénégal, dans la région du Sine Saloum, les femmes pêcheuses et ramasseuses de coquillage ont développé des techniques d’ensemencement et de cueillette alternées qui permettent de préserver le littoral et la qualité des coquillages. Du coup, l’idée que la femme est au cœur de la lutte contre la dégradation de la planète commence à faire son chemin notamment pour cette COP 21 et la Fondation Raja Danièle Marcovici organise une table ronde cet après-midi à 14h au Grand Palais pour lister toutes les solutions, éducation, partage des rôles, aide économique etc. On parlera aussi des pistes pour aider les femmes. Depuis sa création en 2006, la Fondation en a ainsi aidé plus de 50 000 pour près de 3,5 millions d’euros alloués. D’autres ONG y travaillent aussi comme, par exemple, l’opération « Graines de l’espoir » des associations Solidarité et Navdanya, aident les « gardiennes de semence » qui connaissent encore bien les graines pour qu’elles gèrent une banque de semence dans chaque village.

L’espoir est donc que cette COP 21 mette la lumière sur cet aspect peu connu du Développement Durable.

Oui et les femmes sont actives pour cette COP, l’association WECF fait circuler l’Appel des femmes pour la justice Climatique. Et ce soir à 18h30 une autre conférence, Femmes Santé-Climat réunit des associations pour signer l’appel sur le sujet complexe de la santé lié au Climat. Allez les filles !

Cette chronique a été diffusée le 8 décembre sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone