Planète :

Le Tribunal International des Droits de la Nature

On parle souvent des droits de l’Homme, mais qu’en est-il des droits de la nature ? L’idée serait d’établir un Tribunal International des Droits de la Nature afin de punir ceux qui la mettent en péril. A ce titre, le mouvement End Ecocide on Earth milite pour la reconnaissance du crime d’écocide.

Pixabay
Pixabay

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 ! 

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Hier vous nous parliez des droits de la mer, aujourd’hui on voit encore plus large avec carrément les droits de la nature.

C’est une initiative très nouvelle mise en place en 2014 par l’Alliance Mondiale pour les Droits de la Nature. L’idée : établir un Tribunal International des Droits de la Nature par des avocats et des juristes pour créer des moyens juridiques qui préservent la planète et ses habitants. Ça peut sembler simple mais c’est révolutionnaire car cela veut dire que la Nature aurait des droits et que l’on donnerait la parole aux peuples autochtones. Ce n’est donc pas une mince affaire car aujourd’hui il y a un vide juridique qui laisse l’industrie de la viande par exemple déforester gaillardement l’Amazonie sans se préoccuper des indiens qui y vivent ou l’industrie agro-alimentaire exploiter l’huile de palme en Indonésie sans en imaginer les conséquences sur la biodiversité.

Et aujourd’hui quel est le pouvoir de ce tribunal ?

Aucun pour l’instant. Il n’existe pas encore mais on y travaille. Il y a eu trois sessions de travail, à Quito (janvier 2014), à Lima (décembre 2014) et à Paris lors de la COP 21 pour échanger, réfléchir, établir cette juridiction nouvelle comme par exemple interdire les subventions dont ont bénéficié des industries polluantes, engager la responsabilité des dirigeants de sociétés mais aussi les chefs d’Etat qui mettent en péril la nature et carrément établir une nouvelle notion, celle de crime d’écocide, comme vous avez celui de crime contre l’humanité.

Ce sera quoi ce crime d’écocide ?

C’est le mouvement End Ecocide on Earth qui se bat depuis deux ans pour le faire reconnaître comme le cinquième crime pouvant être poursuivi devant la Cour Pénale Internationale. Il a lancé une pétition qui a recueilli 190 000 signatures et a été auditionné par le Parlement européen en février 2015. Aujourd’hui cela devient un mouvement citoyen à l’échelle internationale qu’il faudra suivre de près car cela pourrait changer la donne dans les années à venir.

Cette chronique a été diffusée le 6 janvier sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.