Film Volta à Terra :

Le nord du Portugal, une région difficile et dépeuplée

Le réalisateur portugais, Joao Pedro Placido est retourné pendant un an dans le village d’où sont originaires ses grands-parents. Il a filmé les habitants de ce hameau du nord du Portugal à travers les saisons. Cette région, vidée par une exode rurale importante, fait écho à nos campagnes françaises dépeuplées. Volta à terra, le retour à la terre est un docu-fiction où la dureté de la vie se confond avec les rêves simples des villageois, leur sincérité et leur altruisme. Un premier film personnel mais au regard objectif.

-® Tania Moreira (Copier)
Joao Pedro Placido © Tania Moreira

Il ne reste que 49 habitants à Uz. Comme de nombreux villages au nord du Portugal, il a connu une exode rurale importante. L’avenir d’Uz est entre les mains de Daniel, qui a choisi de vivre de ses bêtes dés l’adolescence, et des enfants. Mais de moins en moins de jeunes restent et ceux qui restent sont seuls. Le réalisateur donne dans Volta à terra une part importante au rêve de Daniel : trouver une épouse qui resterait au village avec lui. Ce qui n’est pas tache facile.

Volta à terra montre une symbiose, rare de nos jours, entre l’homme et la nature. Au cours du film, une communauté très forte se dévoile dans des paysages rocheux et un climat âpre et rude. Les paysans, en écho à leur environnement, paraissent brutaux, durs mais se découvrent au fil du film et divulguent leur chaleur et leur tendresse.
Pour les citadins il est toujours possible de se reconnecter avec les habitants d’Uz mais, à force de vivre en ville, ils ont oublié l’équilibre qui existe entre la nature et l’homme. Cet équilibre, les gens d’Uz l’ont trouvé. Ils ont une façon de vivre qui perdure malgré les aléas de la société portugaise, forte et indépendante.

Volta à terra, le retour à la terre de Joao Pedro Placido est en salles depuis le 30 mars.


VOLTA À TERRA Bandes-annonce VO par CinesActu

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Sylvie Nadin

Après un master en sciences de l'atmosphère et de l'océan, Sylvie débute une formation en journalisme. La science doit être accessible à tout le monde et pas qu'aux scientifiques ! Face aux problèmes environnementaux actuels, elle s'engage personnellement dans la voie de l'écologie. Souvent pessimiste, elle croit tout de même qu'un avenir radieux est possible, si on se donne la peine de le construire.