Economie circulaire :

Le nomade des mers, que voguent les innovations !

Aller à la rencontre des inventeurs du monde entier pour les aider à concrétiser les innovations durables et responsables qui accompagneront la planète de demain, c’est la mission du Nomade des Mers. Ce trimaran, parti de Concarneau, sillonne actuellement les mers.

nomade_des_mers

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Écoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Notre innovation du lundi nous emmène sur les flots avec le Nomade des Mers. Ça fait rêver !

Vous avez raison ! Ce superbe catamaran est un laboratoire flottant rattaché à la base Explore de Concarneau en Bretagne. Il est parti en mer il y a une quinzaine de jours. Son but : être l’ambassadeur des low-tech, les technologies de pointes. Ce Low-tech Lab est une plateforme de recherche collaborative de l’association Gold of Bengal. Celle-ci s’est lancée en 2014 pour faire émerger toutes sortes dinnovations ingénieuses et pratiques pour régler des problématiques universelles tout en respectant un contrat social, économique et environnemental.

Quels genres d’innovations ?

Les critères d’une low-tech sont assez précis. Il s’agit de trouver un système simple qui répond à des besoins de base comme l’accès à l’eau et à l’alimentation, la production d’énergie et de matériaux, etc. L’invention ne doit pas être coûteuse et doit pouvoir se réaliser avec les ressources du lieu. Il faut qu’elles soient renouvelables et locales pour réduire l’impact environnemental. Enfin, si possible, cette innovation doit s’inscrire dans l’économie circulaire en prévoyant du recyclage ou du ré-emploi des matériaux. Bref un cahier des charges vertueux comme on dit !

Ce sont des entreprises qui mettent au point toutes ces innovations ?

Ce sont plutôt ceux qui n’ont pas les moyens d’une entreprise pour finaliser leur projets. Ce sont des particuliers, des inventeurs comme au concours Lépine : experts, bricoleurs, étudiants, techniciens, ingénieurs. Le projet sadresse également aux ONG de terrain pour faire connaitre leurs besoins à tous ces géo-trouve tout. Le Nomade des mers va aller à la rencontre de ces gens. Prochaine étape : le Maroc pour des techniques de désalinisation. Il fera aussi escale à Madagascar pour un projet de recyclage d’aluminium, en Inde pour les biogaz, en Malaisie pour les microalgues, au Togo pour l’énergie éolienne ou en Indonésie pour la permaculture. Bref un beau voyage au pays des idées pour sauver notre planète. Hissez haut, matelots !

585

Cette chronique a été diffusée le 7 mars sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.