Quelle époque éthique !

Le management empathique, merci patron !

Un patron qui préfère la garantie d’emploi de ses salariés à un gros chèque et le phénomène d’empathie privilégié dans les techniques de management… Un pas vers l’écoute de l’autre dans le monde de l’entreprise.

Pixabay
Pixabay

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

Au moment de prendre sa retraite, le patron d’une entreprise a renoncé à un gros chèque pour garantir l’emploi de ses salariés, une belle histoire en ces temps de crise !

Eric Belile a créé il y a 27 ans La Générale de bureautique, spécialisée dans les systèmes d’impression qui compte 4 agences en Bretagne et Pays de Loire pour un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros. Une réussite qu’il attribue à ses 40 salariés. Il va donc transmettre son entreprise à 5 de ses cadres ce qui assure les emplois et explique dans Ouest-France qu’il aurait pu la vendre 4 millions d’euros. Il commente : « Pour moi il est naturel que l’entreprise reste au personnel car on a bâti le projet ensemble. Ce n’est pas une démarche altruiste, c’est un juste retour des choses ». Merci patron !

Vous faites allusion au titre du film qui lui ne donne pas une vision aussi positive du patron !

Justement, cette histoire montre qu’il y a toutes sortes de patrons, qu’il faut sortir de la caricature. Un sujet tabou en France, un pays qui manque de culture économique et traine de vieilles idéologies : il y a toutes sortes de patrons, et beaucoup respectent leurs salariés. Les anglo-saxons sont d’ailleurs plus tolérants que nous sur le sujet et y réfléchissent beaucoup, à l’image de Richard Branson, le fondateur du groupe Virgin, qui explique  que « le manager de type mâle alpha est fini. Il faut aujourd’hui une culture managériale (…) où prendre soin de l’autre est la clé. »

Mais c’est une empathie qui peut être mise à mal quand le patron a des soucis

Bien sûr car la vie d’une entreprise n’est pas toujours facile, d’où l’idée d’aider ces patrons à diriger leurs salariés en créant un climat de confiance. Autrefois, on avait le management patriarcal à l’image de Michelin par exemple, aujourd’hui on parle plutôt de management empathique qui est enseigné dans les meilleures écoles : à HEC, la chaire sur le capital humain traite de l’intelligence émotionnelle ; aux États-Unis, l’université de Stanford, sous l’impulsion du dalaï-lama, vient de créer un Institut de recherche et d’éducation sur l’altruisme et la compassion. Quant au concept d’empathie, il est désormais reconnu par les théoriciens du management et diffusé par les organismes de formation. Pas de quoi oublier que le monde de l’entreprise reste un monde de combat mais de l’envisager d’une manière plus humaine.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.