Mode éthique :

Le durable ne se démode pas

Le chic ne rime pas toujours avec éthique mais de jeunes Californiens inventent une mode plus respectueuse de la planète.

Sans titre
Capture d’écran Reformation

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 7h52 du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 11h30, 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30.

On parle chiffons aujourd’hui ! Mais pas n’importe laquelle bien sûr, on parle de mode durable

Un secteur qui est en retard par rapport à d’autres car à part quelques actions et modèles que l’on brandit fièrement, le reste est terrible : animaux sauvages type crocodiles ou serpents exploités de façon douteuse – vous vous souvenez que nous avons parlé du sort des pauvres autruches – matières produites avec force pesticides et eau comme le coton, par des ouvriers dont les conditions de vie sont peu connues, animaux traités de façon scandaleuse pour la fourrure. Bref, on le répète le monde de la mode n’est pas ce que l’on croit, d’où la joie de lire dans le dernier Glamour un papier sur la mode durable en Californie.

Avec les grands noms de la mode américaine ?

Comme souvent ce sont plutôt des jeunes pour qui protéger la planète est une évidence et qui sont en train de changer les mœurs. Glamour cite Christy Dawn qui ne crée ses modèles qu’à partir de vêtements usagés pour impacter le moins possible l’environnement. Yael Aflao a lancé le label The Reformation qui ne travaille aussi que sur des stocks d’invendus de friperie. Elle va très loin : panneaux solaires sur les toits de ses usines, cintres recyclés, etc. Les stars adorent et c’est une des marques chouchoutes de Cindy Crawford ou Charlize Theron. Citons encore  deux garçons, Sean Barron et Jamie Mazur, et leur label Denim Re/done qui invente une mode à partir de vieux jeans qu’ils déconstruisent complètement.

Mais ils travaillent tous à partir de vieux vêtements ce qui est un style, d’autres créent avec des matières nouvelles ?

Jesse Kamm qui a carrément créé son label éponyme, elle, conçoit sa mode dans des matériaux naturels et en petite quantité, une vingtaine d’exemplaires pour chaque modèle car dit-elle « aujourd’hui on veut tout, tout de suite. Je suis contente de réinjecter un peu de désir ». La bonne nouvelle c‘est qu’en général, la mode californienne finit par arriver en Europe, donc… Le vêtement durable va bientôt être au summum du chic !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.