Quelle époque éthique !

L’avenir des filles : un enjeu planétaire

Dans son rapport annuel, publié fin octobre, le Fonds des Nations unies pour la population scrute l’avenir des jeunes filles qui auront 25 ans en 2030. Elles sont déterminantes pour le monde de demain.

Maroc © Emilie Villeneuve
Maroc © Emilie Villeneuve

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

Dans son rapport annuel, publié fin octobre, le Fonds des Nations unies pour la population scrute l’avenir des jeunes filles qui auront 25 ans en 2030

Nous parlions l’autre jour de la Génération Y, il s’agit cette fois-ci de ses enfants, qu’on l’appelle la génération ODD car elle devrait jouer un rôle majeur dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable des Nations unies dont l’échéance est fixée en 2030 quand ces jeunes auront 25 ans. Et leur rôle est déterminant. 9 filles sur 10 vivent dans les pays en voie de développement et 1 sur 5 dans les pays les plus pauvres, le rapport évoque donc l’inégalité criante de ces petites filles qui ont moins de chance que les garçons d’achever leur scolarité et courent un plus grand risque de subir un mariage forcé ou d’aller travailler trop jeunes. « Dès l’âge de 10 ans, elle peut devenir un bien, une marchandise qui s’achète et qui se vend » selon le rapport. Et si elles ne bossent pas dans les champs ou à l’usine, elles le font à la maison ! 10% des petites entre 5 et 14 ans consacrent au moins 28 heures par semaine aux tâches ménagères, soit 2 fois plus de temps que les garçons au même âge.

Mais ce que pointe aussi le rapport c’est que les pays devraient investir sur l’avenir de leurs filles, ils auraient tout à y gagner !

Sur les 15 prochaines années, l’ensemble des pays en développement pourraient gagner ou perdre 21 milliards de dollars s’ils investissent ou non dès aujourd’hui dans le bien-être, l’éducation et l’autonomie de leurs filles de 10 ans. Scolarisées, elles ont un meilleur niveau culturel, seront mieux soignée et plus autonome, elles se marieront plus tard, contrôleront leur fécondité, soigneront mieux leurs enfants et trouveront un meilleur travail, que des progrès pour la société ! Au Maroc ou au Costa Rica par exemple, une fille instruite et en pleine forme de 25 ans aura gagné 30 000 dollars de plus qu’une autre qui n’aura pas étudié et sera en mauvaise santé. Aider les femmes à prendre plus de poids dans la population active est non seulement plus juste, plus généreux, plus éthique mais aussi plus avantageux d’un point de vue économique. Des arguments frappés au coin du bon sens qu’il faut faire entendre aux 193 pays qui ont adopté les ODD.  Allez les filles !

Maroc © Emilie Villeneuve
Maroc © Emilie Villeneuve
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.