Quelle époque éthique !

Laine : l’horreur derrière la douceur

Il n’y a rien de mal à se vêtir de laine, après tout on ne fait que l’emprunter aux moutons. Sauf que dans les élevages géants du monde entier, laine is d’abord money et la tonte donne lieu à de véritables tortures et autres maltraitances.

Sans titre (Copier)

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite, collaboration Nathalie Cayzac :

Avec un hiver aussi froid, on a tous enfilé nos pulls en toute confiance car après tout il n’y a rien de mal à emprunter leur laine aux moutons…

Sauf que, comme toujours, la course à la rentabilité a transformé la vie des moutons en enfer. Dans les gigantesques ateliers de tonte d’Australie par exemple qui est le deuxième producteur mondial de laine après la Chine, les ouvriers sont payés au volume. On y tond  plus de 4 millions de moutons par an ! Des images tournées par l’association PETA ont révélé des pratiques effrayantes de violence : on y voyait des employés asséner des coups de poing à la face de moutons terrifiés, frapper les animaux avec des tondeuses électriques et un marteau, leur entaillant la chair sans ménagement ou leur plier le cou au point de le briser.

Ça se passe en Australie mais ce n’est pas partout pareil !

La PETA a tourné hélas des images semblables chez d’autres producteurs de 14 ranchs américains et plus récemment au Chili.  Je ne vous décris pas toutes les scènes car c’est vraiment terrible notamment le « mulesing ». Ça consiste à découper, sans anesthésie, la queue et une bonne partie de l’arrière-train de l’animal, peau et chairs comprises, afin d’éviter l’apparition de myiase, une infection dûe à la ponte des larves de mouches. En 2012, sous la pression de PETA, de grandes multinationales ont renoncé à se fournir en laine australienne, on citera HetM, Gap, Uniclo, Hugo Boss ou Adidas. Mais la pratique perdure. Comme toujours les pulls sont moins chers donc il faut que ça aille vite pour faire de la marge

Mais que faire ? Si on ne veut pas être complice de cet enfer, on doit renoncer à la laine?

On peut acheter de la laine éthique, privilégier des petits élevages où les animaux ne sont pas torturés et où les hommes vivent à un rythme humain. La marque De Rerum Natura par exemple ou Bellelaine vendent des laines responsables. Hircus propose des pulls en cachemire issu de petits élevages où les chèvres s’ébattent en liberté, en attendant la tonte.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone