Energie :

La Silicon Valley se met au green

Mise sous pression par l’Etat de Californie et Greenpeace, Facebook a découvert que l’écologie est rentable et du coup, change ses habitudes et multiplie les projets. Les autres géants du net suivent… qui s’en plaindrait ?

Wikipédia
Wikipédia

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 ! 

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Aujourd’hui on part en Californie, dans la Silicon Valley. Que se passe-t-il niveau pollution? 

Les industries de pointe polluent, en effet, c’est d’autant plus insupportable qu’elles ont largement les moyens financiers d’y remédier. Elles ont subi récemment des pressions de l’Etat. La Californie s’est engagée à réduire fortement ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 3 ans. Greenpeace fait aussi pression, ils ont lancé une campagne en 2010 contre Facebook. Il souhaitait agrandir leur data center de l’Oregon où l’électricité est très peu chère puisqu’elle provient du charbon. Cette campagne a été très reprise sur les réseaux sociaux et par les médias du monde entier. Ils donnaient une très mauvaise image du réseau social, ce qui a entraîné une réaction en chaîne des géants de l’Internet qui ont commencé enfin à s’engager dans l’écologie, tout arrive !

Comment ?

Au siège de Google, qui est aujourd’hui le plus gros client mondial des énergies propres, tout se recycle ou se composte. 37% de l’électricité est verte, et on réduit la consommation d’énergie des data centers en climatisant moins les lieux. Le gazon, qu’il faut beaucoup arroser, disparaît au profit de plantes locales résistantes à la chaleur, etc. La bonne nouvelle c’est que ces américains se sont rendu compte que l’écologie pouvait être rentable, ce qui est primordial pour eux. Tous ces petits changements ont permis de réduire le budget de fonctionnement de l’entreprise, selon le directeur des opérations de Google. Du coup la société veut démocratiser l’énergie solaire aux Etats-Unis avec son projet Sunroof. Il permet aux particuliers et aux entreprises d’estimer l’efficacité de l’installation de panneaux solaires dans tel ou tel lieu.

Connaissant la firme, vont-ils développer d’autres projets ?

Ils projettent de faire un cerf-volant capable de produire de l’électricité éolienne. Cette technologie sera 90% moins chère qu’une éolienne classique, et surtout, elle pourra être placée et déplacée facilement sur toute la planète. Bref, toute la Silicon Valley devient écolo, Apple et les autres suivent le mouvement. Aujourd’hui plus de 2 000 éoliennes tournent à plein temps sur ces collines. Prochaine étape : appliquer ces bonnes décisions dans leurs centres en Asie et Amérique du Sud. Si le rêve américain devient green, tous les espoirs sont permis…

585Cette chronique a été diffusée le 20 janvier sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Laura Stefanutto

Passionnée par le monde et ses richesses culturelles, elle écume les mers depuis son plus jeune âge. Bien décidée à profiter de ce que lui offre la vie, elle débute une série de voyage en solitaire, avec l’Australie notamment, après l’obtention de son bac. Quelques mois plus tard et des souvenirs plein la tête, elle revient en France pour entamer une école de journalisme. Sensible à la cause humaine et environnementale, elle est convaincue qu'un avenir meilleur est possible.