La revue de presse des animaux : « Le hérisson du plus fort est toujours le meilleur ! »

Au menu de la revue de presse des animaux : découvrez pourquoi les zèbres ont des rayures, le secret des piquants redoutables du  hérisson et enfin, un camembert solidaire qui ne pue pas ! A écouter ci-dessous (2’49)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/02/revue-de-presse-des-animaux-du-17-fevrier.mp3|titles=revue de presse des animaux du 17 fevrier]

Références musicales

– « Les zèbres » Les Dagobert                      – « Aragon et Castille » Boby La Pointe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version écrite de la revue de presse des animaux

Ça y est ! Cela fait des années qu’on se demandait pourquoi les zèbres avaient des rayures, c’était même devenu une blague avec les explications les plus saugrenues. « On sait ! » viennent de répondre tout contents des chercheurs hongrois et suédois dans le Journal of Experimental Biology. Ce serait pour se protéger des taons, ces grosses mouches dont les piqûres sont particulièrement douloureuses. Or, les taons ont besoin de lumière polarisée pour vivre ; la lumière polarisée que nous ne voyons pas nous les humains est une lumière réfléchie par une surface et donc plus stable, nécessaire à certaines espèces. Conclusion, cet été, portez du rayé pour faire fuir les mouches !

Une preuve supplémentaire du pouvoir des animaux que nous connaissons si mal. Le New-York Times publie d’ailleurs un article passionnant sur leurs armes chimiques. Car, les chercheurs comprennent de mieux en mieux la stratégie de certaines espèces qui utilisent  leurs dents, griffes et muscles pour fuir les prédateurs, mais aussi des moyens de défense plus subtiles. Quelques exemples : le rat à crête, un rongeur qui passe des heures à mastiquer un arbuste, l’acokanthera, dont il extrait une substance toxique pour le cœur traditionnellement utilisé par les indigènes pour tuer les éléphants. Il en fait une sorte de bave qu’il étale sur ses poils. Ainsi, lorsqu’un ennemi tente de le mordre, il en meurt d’une crise cardiaque ! D’autres exemples sont tout aussi fascinants, notamment les singes capucins qui passent leurs temps à se rouler dans des nids de fourmis ou à s’enduire de certains piments pour en extraire des molécules qui les rendent hyper résistants à la douleur. Ou encore, le hérisson rend ses piquants redoutables, grâce à un venin qu’il prélève sur le dos du crapaud commun comme dit le proverbe « le hérisson du plus fort est toujours le meilleur ! »

Mais hélas, tous les animaux ne sont pas aussi doués pour éviter de souffrir et il faut bien tenter de les protéger. C’est la jolie idée de l’association normande Aide aux vieux animaux (Ava) qui, nous explique Ouest France, lance le Camemsolidaire, le 1er camembert canin, sorte de  friandises pour chien, sans colorants ni substances chimiques, destiné aux touristes en recherche d’un souvenir original à rapporter et dont une partie des recettes financera les retraites d’animaux âgés. Le camembert solidaire, une idée à suivre à la trace…

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.