La revue de presse des animaux : Faites la mouche, pas la guerre !

Au menu de la revue de presse des animaux : la Russie dit stop aux peaux de phoques, les poules auront droit à des cages (un tout petit peu) plus spacieuses, des mouches zombies et les premiers requins… hybrides ! A écouter ci-dessous (3’47)










[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/01/la-revue-de-presse-des-animaux-du-10-janvier-2012.mp3|titles=la revue de presse des animaux du 10 janvier 2012]

Références musicales

– « Picoti picota : j’ai des poules à vendre » – Kalinou

– « Les requins ont faim » – Philippe Lhomme





































Version écrite de la revue de presse des animaux

Tout d’abord, mille vœux de bonheur pour cette année 2012, joie, amour et douceur pour nous tous mais aussi pour les animaux ! Avec une première bonne nouvelle pour les phoques puisque la Russie vient d’interdire le commerce de leurs fourrures. Un coup dur pour les canadiens qui ont de plus en plus de mal à défendre leur peau car cela correspond à 90% environ de leur marché, explique le site consoglobe. C’est le résultat d’années de combats des associations de protection animale qui ont réussi à faire comprendre aux russes l’horreur de cette chasse et qui espèrent maintenant pousser le Canada à y renoncer définitivement.

Car heureusement les mœurs évoluent malgré les résistances ! En 1999, par exemple, une directive européenne donnait 12 ans à ses membres pour se conformer à la nouvelle règlementation concernant les poules d’élevage avec de nouvelles cages d’au moins 750 cm2 et pourvue d’un nid ou d’un perchoir. Comme toujours, certains pays s’y sont aussitôt mis, tels que l’Allemagne, la Suède ou le Luxembourg. D’autres n’ont rien fait ou pas grand-chose ; toujours les mêmes : la Pologne, la Roumanie et… La France ! Ben voyons… Les français qui  se moquent des lois concernant la chasse notamment, risquent une fois de plus d’être sanctionnés nous signale le Parisien/Aujourd’hui en France. Au menu : interdictions de vendre nos œufs et pénalités financières car 93 élevages de l’hexagone ne respectent pas ces nouvelles normes. Nous aussi, consommateurs, pouvons aider les autorités européennes  à faire respecter les animaux. Il suffit de n’acheter que des œufs numérotés 0 ce qui prouve que les poules sont élevées au sol et avec un accès à l’extérieur ou le chiffre 1 qui certifie un élevage en plein air. A éviter absolument le chiffre 2 qui signifie que les poules ne peuvent jamais sortir et le pire le 3, synonymes de vie déplorable, entassées dans des petites cages.

Et tandis que les agriculteurs sont aussi accusés d’une grande part de responsabilité dans la disparition des abeilles à cause de pesticides qu’ils répandent dans les champs, on vient de mettre à jour un autre ennemi de notre pollinisatrice préférée, une simple mouche qui dépose ses œufs dans l’abdomen des abeilles ce qui les rend complètement folles. Elles ne pourront plus jamais dire « faites la mouche pas la guerre ! ». De quoi faire titrer à l’express.fr « la disparition des abeilles annonce-t-elle la fin du monde ? », cette fameuse fin du monde prédite par les mayas pour la fin 2012.

Plutôt que la fin du monde, disons plutôt la fin de ce monde-là. Et faut-il vraiment le regretter ? Espérons au contraire que 2012 sera l’avènement d’un nouveau monde. Déjà un signe précurseur nous montre comment les animaux s’adaptent de manière incroyablement rapide et intelligente à cette nouvelle planète et à son réchauffement climatique : on vient de découvrir en Australie les premiers requins hybrides, croisement entre la variété locale, le requin à pointe noire et une variété plus banale qu’on trouve dans le monde entier. Le but, nous explique Le Monde est de continuer d’évoluer dans des eaux plus froides et pouvoir sortir des abords de l’Australie pour subsister. Une preuve encore que tous ceux qui supporteront la crise doivent avoir un certain mordant pour croquer la vie !


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.