La revue de presse des animaux : Faisons des maths pour secourir les rhinocéros

rhinocéros crédit photo Cyberslayer
rhinocéros crédit photo Cyberslayer

Au menu de la revue de presse des animaux : les poissons insensibles à la douleur, des mathématiques au secours des rhinocéros et des chouettes priées de repeupler Paris. A écouter ci-dessous. (02’19)

 

 

 

 

Références musicales

« Chouette hulotte » – Fernand Deroussen    « Ma copine la chouette » – Anny Versini, Jean-Marc Versini

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/01/revue-de-presse-des-animaux-du-15-janvier-2012.mp3|titles=La revue de presse des animaux]

Version écrite de la revue de presse des animaux

pêche crédit photo Flickr Guide Pêche Pyrénées
pêche crédit photo Flickr Guide Pêche Pyrénées

Voici une nouvelle qui risque de faire débat entre pêcheurs et défenseurs des animaux. Les poissons seraient insensibles à la douleur. C’est ce qu’il ressort d’une étude de l’université du Wyoming aux Etats-Unis. 20 MN.fr relate cette expertise selon laquelle ces animaux n’auraient pas de système neurologique suffisant pour sentir consciemment la douleur. Alors pourquoi le poisson se débat-il lorsqu’il est harponné ? En fait, il n’aurait pas de récepteurs sensoriels de douleur (appelés nocicepteurs) qui transmettent un message nerveux au cerveau. Sa réaction serait seulement inconsciente car la douleur s’arrêterait à la réaction réflexive ; leur cerveau n’étant pas doté d’un néocortex aussi développé que le nôtre. Si une solution acide est injectée dans les lèvres d’une truite, par exemple, celle-ci va se les frotter sur le fond de la rivière et nager de manière nerveuse, mais elle ne ressentira pas de douleur. Mais bon, rappelons qu’en aucun cas cela donne le droit de torturer les poissons !

Les mathématiques viendraient-ils au secours des rhinocéros ? C’est le pari que relèvent cette semaine à Johannesburg des mathématiciens du monde entier. Selon le site Ouest France.fr, ces scientifiques doivent déterminer la population minimale viable de ces animaux en liberté pour savoir si un commerce de cornes légalisé menacerait la population dite sauvage. Si la légalisation peut tarir le marché noir et le braconnage, ils pourront alors calculer comment le revenu engendré par les rhinos d’élevage pourrait être utilisé pour protéger leurs congénères dans les parcs naturels comme le parc Kruger en Afrique su Sud. Un pays où 633 rhinocéros ont été abattus l’année dernière principalement pour la médecine asiatique traditionnelle.

chouette hulotte crédit photo Doevos
chouette hulotte crédit photo Doevos

Vous avez reconnu ce chant ? C’est celui d’une chouette qui va peut être bientôt hululer dans le parc de la Villette alors que cette espèce a quasiment disparu de la capitale ces dernières années. On apprend en effet dans Le Parisien, que ce site, qui a obtenu en novembre dernier le label Oasis nature, vient d’installer avec l’association Humanité et Biodiversité deux nouveaux nichoirs en bois, spécialement conçus pour les hulottes. Il faut dire que l’environnement y est propice pour qu’elles se sentent bien : prairies fleuries, hôtels à insectes, pas trop d’insecticides… Six autres nids ont été posés dans la ville, notamment à la Pitié-Salpêtrière et sur le campus de la Cité universitaire. Comme quoi il n’y a pas que dans les chênes que les chouettes élisent domicile !

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.