Bien-être :

La musique, à prescrire sur ordonnance

Selon un sondage d’Opinion Way, commandé par la Sacem (Société de gestion collective des droits d’auteur d’œuvres musicales), en 2016, 84 % des Français disent écouter de la musique tous les jours. Souvent un moyen de se détendre ou une passion, elle serait bénéfique pour notre santé. 

Crédit : Jarmoluk
Crédit : Jarmoluk – Pixabay

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 7h52 du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 11h30, 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30.

Version audio

Version écrite

Cette année, la fête de la musique a été décalée dans certains endroits, à Aix en Provence ou Marseille par exemple, voire annulée comme à Paris sur la place Denfert Rochereau. Une occasion de rappeler les bienfaits merveilleux de cet art.

Oui, la musique est surnommée la « langue universelle » ou « langue des émotions » par le philosophe Kant. Elle aurait des vertus étudiées par les neurosciences qui confirment la sagesse populaire disant que « la musique adoucit les mœurs ». Déjà in vitro, la musique apaise et éveille toutes les fonctions cérébrales du fœtus. Chez les adultes, elle permettrait d’endiguer les dépressions, d’augmenter la qualité du sommeil, la concentration, la mémoire et même de diminuer la douleur post-chirurgicale. Pourquoi toutes ces vertus ? Parce que la musique est une machine à déclencher des sentiments, des sensations telles que l’émerveillement, la puissance, la nostalgie, le calme, la joie, la tendresse, la tristesse… Des chercheurs de l’université canadienne McGill à Montréal ont montré qu’elle active les zones de récompense associées aux plaisirs gustatifs et sexuels. Elle nous aide aussi à gérer le stress, donc si poussée d’adrénaline, allez hop un petit Mozart ou un Beatles !

Du coup, les médecins devraient mieux utiliser ces vertus !

Ça commence en effet, notamment parce que la musique libère des endorphines qui agissent comme des antidouleurs. On en fait écouter par exemple aux victimes d’AVC ou de traumatisme crânien pour les aider à retrouver le langage. Le tango serait particulièrement efficace, pour les malades de Parkinson pour améliorer leurs problèmes de rigidités musculaires et de troubles de l’équilibre. La musique, une alternative à certains médicaments ? L’idée fait son chemin notamment pour les malades d’Alzheimer car la musique aide à faire resurgir des souvenirs. Elle permet également de sortir des personnes du mutisme grâce à un titre qui les émeut. La musique est même parfois utilisée pour les anesthésies !

Ça ne remplace pas une anesthésie générale tout de même, ça serait trop beau !

Non, mais on l’utilise pour des anesthésies loco régionales (quand le patient reste conscient), à l’hôpital Claude-Gallien (Quincy-sous-Sénart, Essonne) par exemple. Une analyse publiée dans The Lancet a réuni les résultats de 72 études sur un total de 7 000 patients qui confirment que la musique au cours d’une opération même avec anesthésie générale permet aussi d’adoucir le vécu d’une opération et ses suites. Selon des chercheurs britanniques, la sensation de douleur est réduite de 2 points sur une échelle de 0 à 10. Jouer d’un instrument ou faire du chant a également une incidence positive sur le cerveau. Meilleure créativité, sensibilité auditive et capacités motrices et attentionnelles plus développées : voici quelques-uns des résultats. De quoi chanter de joie !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marion Bordier

Férue de lecture, de photographie, d'écriture mais aussi de découverte de nouvelles contrées et cultures, le journalisme semble être une évidence pour Marion.