Documentaire :

« La Gueule du Loup »

Le loup. Il divise, attise les haines et déchaîne les passions. D’un côté, les éleveurs victimes de ses besoins qui se disent à bout de nerfs, et de l’autre, ceux qui le soutiennent coûte que coûte au nom de la nature à préserver. Dans quel camps vous placerez-vous ? Avec La Gueule du Loup sorti en salles aujourd’hui, Jérôme Ségur a quant à lui pris le pari de rester au centre du débat en ne prenant parti ni pour l’un, ni pour l’autre.

© La Gueule du Loup
© La Gueule du Loup

Depuis le retour du loup en France en 1992, une lutte s’est installée entre ses fervents défenseurs et les « anti-loups » qui souhaiteraient le voir disparaître des terres. Dans son film, Jérôme Ségur est parti à la rencontre des deux camps, et en particulier des éleveurs de troupeaux victimes des loups dont la plupart sont contre la présence de l’animal sauvage… Mais pas tous ! Après deux ans de tournage en solitaire, il revient avec des témoignages poignants. Et c’est bien là le coup de génie du réalisateur : montrer comment le loup provoque un clivage entre les hommes.

Dans ce documentaire, nous pouvons voir à quel point le loup, si mystérieux soit-il, suscite les angoisses et réveille les fantasmes. Les débats font rage, les larmes et les vies des personnages nous bouleversent. Alors, après cette « longue quête » pour réaliser La Gueule du Loup, et même si cela ne transparaît pas dans le film, le réalisateur n’aurait-il pas fini par pencher d’un côté de la balance ?

Finalement, le loup est-il une réelle menace pour l’homme ? Pouvons-nous vivre « ensemble avec le loup » ? Autant de questions posées à travers cette comédie du réel, qui sans trouver de « bonne réponse », permettent d’ouvrir à un plus large débat sur notre société.

Dès aujourd’hui, le film est programmé dans plusieurs salles de cinéma et des projections suivies de débats sont également proposées dans différentes villes

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !