Innovation :

La gouttière anti-moustique, on pneu pas mieux faire !

Transformer de vieux pneus en gouttières anti-moustiques, une technologie bienvenue en cette période d’inquiétude face à l’invasion des moustiques et un bel exemple d’économie circulaire.

Crédit Aliapur
Crédit Aliapur

Ecoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Le moustique tigre fait beaucoup parler de lui. De façon générale, ces insectes inquiètent nos scientifiques qui redoublent d’ingéniosité pour lutter contre leur invasion.

Les moustiques se reproduisent et déposent leurs larves aux abords des eaux stagnantes. On n’y pense pas toujours, mais il y en a beaucoup dans nos gouttières, dans nos bacs à plantes ou dans les réservoirs d’eaux qui se trouvent dans les jardins et les habitations. Cela va même jusque dans les supports de nos réseaux téléphoniques. Un chiffre : en zone urbaine, 1 gouttière sur 2 abrite des larves de moustique. D’où l’idée de la gouttière anti-moustiques, Aglostic, qui est fabriquée en Nouvelle-Calédonie.

Ça fonctionne comment ?

C’est une innovation de deux sociétés. L’une est française : Aliapur, qui travaille dans le recyclage des pneus. L’autre est néo-calédonienne : Aedes System, spécialisée dans les dispositifs de lutte contre les moustiques. Elles se sont alliées pour créer des gouttières à partir de pneus usagés. Ils les concassent et les transforment en granulats de caoutchouc qui est un matériau idéal. ll est à la fois poreux, pour laisser passer l’eau, et aussi dense, pour empêcher les moustiques de passer. Elles sont imputrescibles, pour résister longtemps aux aléas de la météo, capables de s’agglomérer aisément, et enfin sans risque pour la santé ou pour l’environnement.

On peut le recycler partout ?

C’est ce que l’on appelle léconomie circulaire, le pneu a une seconde vie et continue de rendre des services. Plutôt que d’être oublié dans un champs ou balancé dans une décharge sauvage comme c’est le cas trop souvent aujourd’hui. Cette matière très intéressante. Elle permet donc de créer ces gouttières qui laissent l’eau s’écouler normalement mais grâce à sa densité, elle empêche aussi les moustiques d’atteindre les eaux stagnantes. Là où ils aiment tant s’y installer pour fonder une famille. Le produit est même décliné en dessous de pots de fleurs et en regard pour télécom (boite support de réseau téléphonique). Ce produit devrait faire un malheur, attention les mosquitos !

585Cette chronique a été diffusée le 11 février sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Laura Stefanutto

Passionnée par le monde et ses richesses culturelles, elle écume les mers depuis son plus jeune âge. Bien décidée à profiter de ce que lui offre la vie, elle débute une série de voyage en solitaire, avec l’Australie notamment, après l’obtention de son bac. Quelques mois plus tard et des souvenirs plein la tête, elle revient en France pour entamer une école de journalisme. Sensible à la cause humaine et environnementale, elle est convaincue qu'un avenir meilleur est possible.