Biodiversité :

La criminalité environnementale, plus rentable que le trafic de drogue et d’armes

La criminalité environnementale est encore un sujet peu connu et pourtant qui nous concerne tous ! Des délits les plus médiatisés comme le braconnage, la déforestation, la surpêche, aux nouvelles formes d’infractions, il est grand temps d’agir pour ne pas virer à la catastrophe.

Yolaine de la Bigne, reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 !

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

La criminalité environnementale, il s’agit de quoi ?

C’est en effet un sujet sérieux car depuis quelques années de nouvelles formes de criminalités apparaissent, certaines liées à la Mafia : rejets de déchets toxiques, trafic d’espèces en voie de disparition etc  c’est devenu la 4ème source de revenu du crime organisé ! Non seulement ce sont des délits gravissimes pour la planète mais cela touche en premier les entreprises et cela déséquilibre l’économie. L’enjeu est aussi sanitaire (ex : trafic d’oiseaux porteur de virus) et social car ces crimes détruisent des emplois.

Mais le terme est large, cela touche de nombreux domaines ?

Hélas oui ! Les plus touchés sont les secteurs de la collecte et du traitement des déchets ménagers, de la gestion l’eau, du bois, de l’agroalimentaire, de la pêche et transport maritime. Tout de suite on imagine des braconneurs en Afrique ou des coupeurs de bois en Amazonie pourtant la plus grande partie de ces crimes se passent dans l’Union Européenne. On commence à en prendre conscience car cela fait des années que l’on peut tuer des animaux comme le fameux lion Cécil tué par ce dentiste américain irresponsable ou décharger dans les rivières des produits ultra-toxiques sans qu’il n’y ait quasiment jamais de poursuites.

Justement, comment faire ?

Premièrement former les services de police d’Interpole spécialisée sur les atteintes à l’environnement et élaborer une stratégie globale au niveau mondial. Cela commence déjà : Interpol à plusieurs projet en cours concernant la biodiversité, la déforestation en Amazonie, les animaux en Asie, la pêche. Ensuite, sensibiliser les entreprises qui en sont victimes pour qu’elles soient vigilantes. A Néoplanète, nous avons interviewé Laurent Neyret, Professeur de Droit à l’université de Versailles et qui sort un ouvrage le 1 Octobre « les prédateurs ». Il propose toutes sortes de mesures : simplifier une législation trop complexe, inciter les procureurs à poursuivre systématiquement les auteurs de ce type de délit, former des magistrats spécialisés et en France, intégrer ce problème dans notre code pénal comme c’est déjà le cas dans d’autres pays comme la Colombie ou la Chine. Bref, messieurs les pollueurs prédateurs, la fête est finie ! Du moins on l’espère…

Cette chronique a été diffusée le 18 septembre sur Sud Radio.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Pauline Oheix

En école de journalisme, Pauline est passionnée de voyage et de.... natation synchronisée. Tantôt au Viêt Nam, en Slovénie, au Canada, prochainement à Dublin, elle ne tient pas en place. Préserver la planète est un combat qui lui tient à cœur. A la fois sportive et rêveuse, à 20 ans, Pauline porte avec elle la joie de vivre et l'envie de découvrir les quatre coins du monde.