Film "La Terre et l'Ombre" :

La canne à sucre, une pollution amère

Tourné dans la vallée de Cauca en Colombie, le film du réalisateur César Acevedo, Caméra d’or à Cannes 2015, montre les ravages de la canne à sucre qui tue le sol et met les paysans à genoux. Belles images et fortes émotions  !

ltyls-1 (1)

Ecoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 !

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Ce mercredi sort « La Terre et l’Ombre », le premier film du réalisateur colombien César Acevedo, sur la vie des petits paysans au royaume de la canne à sucre.

C’est l’histoire émouvante d’Alfonso qui revient au pays qu’il a quitté il y a bien longtemps. Il retrouve sa maison, autrefois au milieu des arbres et des orangers, aujourd’hui perdue au milieu d’immenses champs de cannes à sucre. Il vient au chevet de son fils mourant, ses poumons malades à cause de la culture des brûlis. Alfonso découvre un paysage apocalyptique avec de la cendre qui tombe du ciel à force de brûler un sol dévasté. Les paysans n’ont plus de fermes et doivent travailler dans des conditions déplorables, pour l’industrie de la canne à sucre

Un film très émouvant qui a plu au jury du festival de Cannes. Il lui a attribué la Caméra d’or.

La présidente du jury, Sabine Azéma, a d’ailleurs dit « nous avons vu 26 premiers films et avons trouvé notre trèfle à 4 feuilles dans un champ de canne à sucre ». Ce film est très bien réalisé avec de belles images, une atmosphère étouffante, d’excellents acteurs dont seuls 2 sont des professionnels et beaucoup d’émotions. D’autant que César Acevedo tourne une histoire autobiographique avec la mort de ses parents. Il a aussi filmé dans sa région natale, la vallée de Cauca, qui est ravagée par la culture de la canne à sucre avec ces pluies de fumée, qui sont très impressionnantes.

A quoi sert cette canne à sucre ? A fabriquer des biocarburants ?

Oui, c’est de l’éthanol pour l’exportation avec une demande qui explose depuis les années 2000. On pensait cette solution formidable pour remplacer le pétrole  mais elle s’avère dramatique. La canne à sucre demande 4 mois d’irrigation continue par an. Or ce sont des pays où l’on manque déjà beaucoup d’eau. Du coup, pour y pallier, l’agro-industrie locale passe au-delà des lois et se permet d’assécher des marais, par exemple. Aujourd’hui on pense à des biocarburants moins polluants à partir de déchets ménagers ou d’algues. Heureusement, car ce film est un témoignage vivant que la canne à sucre ce n’est vraiment pas la bonne solution !

585Cette chronique a été diffusée le 3 février sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Laura Stefanutto

Passionnée par le monde et ses richesses culturelles, elle écume les mers depuis son plus jeune âge. Bien décidée à profiter de ce que lui offre la vie, elle débute une série de voyage en solitaire, avec l’Australie notamment, après l’obtention de son bac. Quelques mois plus tard et des souvenirs plein la tête, elle revient en France pour entamer une école de journalisme. Sensible à la cause humaine et environnementale, elle est convaincue qu'un avenir meilleur est possible.