Jéromine Pasteur : « On a toutes la légèreté, la beauté et l’amour de la femme-oiseau »

Elle a tout fait, mené toutes les aventures mais sa nature est de s’effacer devant les autres. Elle a passé 30 ans sur les mers, dans la forêt tropicale amazonienne où elle a ouvert de nouvelles voies avant d’être adoptée par les Indiens Ashaninkas. Jéromine Pasteur revient dans son roman « Femmes-Oiseaux » sur ce qu’elle ne veut pas appeler des aventures, mais sa rencontre des autres et de soi-même. « Le temps de la femme est revenu » après des siècles d’obscurantisme au cours desquels elle a été marginalisée voire brûlée. « Aujourd’hui, chaque femme a le droit d’aller chercher en elle cette femme sacrée, cette femme-oiseau » que Jéromine est allée chercher à  l’autre bout du monde.

La fondatrice d’Indibio (Institut pour la diversité biologique) a trouvé une seconde famille en forêt péruvienne. Jéromine Pasteur revient sur sa rencontre avec les Ashaninkas, peuple premier qui fait « partie intégrante de l’environnement« . (03’13)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/10/Jeromine-Pasteur-1-avec-jingle.mp3|titles=Jeromine Pasteur ]

Découvrez page 2 les menaces qui pèsent sur  les Ashaninkas.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.