Interview :

Hugh Jackman sort les griffes pour le café équitable

L’ex mâle le plus sexy de la planète est de retour dans « Eddie the Eagle » (en salles le 04 mai prochain) une production dans laquelle il donne de sa personne. En tout bien tout honneur, on vous rassure, puisqu’il incarne un coach désireux d’épauler un novice en saut à ski. Cela tombe bien, Hugh Jackman adore se dépenser. D’ailleurs, ne comptez pas sur lui pour se laisser-aller. Dès qu’il laissera ses griffes de Wolverine pour de bon, l’Australien aux tablettes de chocolat et aux bras en forme de vérins hydrauliques s’est juré de toujours soulever de la fonte. Les dames n’ont donc pas fini de léviter. En attendant, le beau gosse démontre qu’il est aussi un adepte du commerce équitable

Hugh Jackman avec notre correspondant à Los Angeles
Hugh Jackman avec notre correspondant à Los Angeles

Cette interview est à écouter en ce moment sur Radio Néoplanète le lundi à 7h15, 21h15, mardi 10h15, mercredi 00h15 et 13h15, jeudi 03h15 et 16h15, vendredi 19h15, dimanche 8h15 et 22h15.

Version écrite :

Vous avez il y a quelques années fait la nique à George Clooney en lançant votre propre marque de café « The Laughin man ». Un café issu du commerce équitable ! Pourquoi avez vous déclaré un jour à CNN, « Le café peut changer le monde ».

Il y a une chose, non en fait, il y a plusieurs choses que nous faisons au quotidien et qui nous connectent viscéralement et généralement avec quelqu’un vivant dans un autre pays ! Je pense notamment à des fermiers loin de chez nous qui cultivent les haricots que vous mangez ou le café que vous buvez ! Votre achat peut réellement changer la vie de ces producteurs de pays en voie de développement. Chaque jour, nous avons des habitudes égoïstes car comme beaucoup d’entre nous, je suis un accro au café et ce qui m’importe c’est de savourer un bon expresso ! Les choses changeraient si vous ne faisions tous un choix conscient ! Plutôt que de vous servir une simple tasse à café, demandez vous d’où il vient et qui le produit ? Dans quelles conditions ? Selon les prix qu’obtiendront ces producteurs, vous pouvez littéralement changer leur vie. J’en ai été témoin. Avec deux dollars par jour, vous pouvez changer la face du monde ! Changer le monde, c’est d’ailleurs une sacrée responsabilité ! Par contre, si vous dites à quelqu’un que vous buvez le café qu’il faut récolter par des gens, c’est clair, vous allez faire le bien et générer une relation winner winner ! Je suis inconditionnel du commerce équitable !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Frank ROUSSEAU, grand reporter et pur produit de la mondialisation ! Elevé en partie en Afrique, au Canada, en Nouvelle Calédonie. Eduqué en France puis dans les Universités américaines, il se passionne ensuite pour l’histoire de l’art et celles de civilisations avant d’intégrer le Figaro Quotidien. Journaliste freelance, il partage désormais son temps entre l’oligopole de Los Angeles et un petit village des Yvelines…