Pollution :

Habiter dans une grande ville tue

Il n’y a pas que l’alcool et le tabac qui tuent, les particules fines aussi. 48 000 : c’est le nombre de morts causé par la pollution atmosphérique, selon une étude de Santé Publique France contre 80 000 pour la cigarette. Les conséquences sur la santé sont semblables comme les problèmes cardiovasculaires, respiratoires mais aussi neurologiques. Un constat alarmant décrypté par le professeur Thomas Similowski, pneumologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris et à l’origine de la Fondation du souffle.

Paris - Crédit : Ecco - Pixabay
Paris – Crédit : Ecco – Pixabay

Les PM10 et les PM2.5 sont des particules en suspension particulièrement agressives pour l’organisme à cause de leur finesse. Cette caractéristique leur permet, non seulement d’entrer dans les poumons, mais aussi et surtout d’évoluer dans le sang. C’est finalement tout l’organisme qui est touché. Conséquences ? Asthme, cancer du poumons, problèmes cardiaques, vasculaires, neurologiques, risque accru d’infarctus du myocarde, perturbations endocriniennes, etc. Preuve que ce qui a un impact sur notre environnement n’est pas sans incidence sur notre santé. Explications à Eric Poincelet :

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marion Bordier

Férue de lecture, de photographie, d'écriture mais aussi de découverte de nouvelles contrées et cultures, le journalisme semble être une évidence pour Marion.