GDF Suez vous présente : l’Alpe d’Huez, une station de ski tournée vers l’écologie

L’Alpe d’Huez a choisi de mener une politique très volontariste en matière de développement durable. Son bilan carbone a révélé que les transports constituaient le problème majeur. En réponse, la commune  a développé, entre autres, des bus électriques gratuits. Dans tous les domaines, elle a multiplié les initiatives pour limiter son impact sur l’environnement. La population est largement associée à cette politique et adhère pour des motifs autant écologiques qu’économiques.

Ecoutez ci-dessous les précisions du maire, Jean-Yves Noyrey, et de la responsable du développement durable à la mairie, Laure Soubrier.


Interview du maire d’Huez, Jean-Yves Noyrey

itw Maire PAD

Interview de la responsable du développement durable à la mairie d’Huez, Laure Soubrier
itw laure DD PAD

C’est l’une des stations les plus connues au monde, notamment grâce au Tour de France. L’Alpe d’Huez accueille en effet l’étape mythique du cyclisme mondial: 300 000 spectateurs le long de la célèbre montée et de ses 21 virages, des dizaines de millions de téléspectateurs. La station ne fait pas dans la demie mesure. Elle est la plus ensoleillée des Alpes et propose la piste la plus longue du massif, avec 16 kilomètres entre le Pic Blanc et le village d’Huez ! 1000 habitants y vivent toute l’année, mais l’Alpe d’Huez accueille jusqu’à 32 000 personnes en pleine saison de ski. Ce rapport de 1 à 32 est un véritable défi à relever : la municipalité doit faire preuve de beaucoup d’imagination pour gérer les transports, l’habitation, l’énergie et l’eau.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’Alpe d’Huez

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Grand spécialiste des questions d’environnement, Jean Louis Caffier est journaliste consultant sur LCI, président de l'association "Climat-Energie-Humanité-Médias" et co-fondateur avec Jean-Marc Jancovici des "Entretiens de Combloux".