Alimentation :

Gâcher devient démodé, ça en jette non ?

Chacun d’entre nous jette environ 20 kilos de nourriture par an. C’est la page pratique d’aujourd’hui, comment éviter ce gâchis ?

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Capture

Écoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite :

D’autant que cela représente une perte de plus de 400 euros par an et par foyer, ça vaut donc le coup de retrouver la sagesse de nos grands-mères qui ne connaissaient pas le gâchis. Premièrement comprendre les dates, les mentions « à consommer de préférence avant le » qui n’indiquent pas que le produit est périmé mais qu’il aura un peu moins de goût ou de qualités nutritionnelles, il faut donc le manger rapidement. Ensuite, il faut mettre les aliments à la bonne place dans le frigo pour une meilleure conservation. Tout en haut : viandes, poissons, charcuterie, yaourts, desserts, produits entamés ou en décongélation. En bas, les aliments et produits faits maison. Dans la porte : beurre, condiments, sauces et moutarde, jus de fruit, lait et dans le bac à légumes, les fruits et légumes qu’il ne faut pas toujours mettre au frigo d’ailleurs. Les tomates, pommes de terre, oignons, avocat ou bananes se conservent mieux en dehors.

Il y a aussi le moment où l’on fait ses courses, il faut éviter de les faire le ventre vide par exemple

Car on a tendance à acheter ce qui nous fait envie. L’idéal est d’ailleurs d’avoir une liste pour ne prendre ce qui nous manque et rien d’autres. Autre réflexe : cuisiner ses restes, des cakes à n’importe quoi, un crumble aux restes de ratatouille, du pain dur qui devient croûtons pour la soupe, l’autre jour j’ai fais une soupe de fanes de radis, top ! Pour ça il faut savoir les conserver ces restes, mettre du citron sur une pomme coupée pour qu’elle ne noircisse pas, garder les pommes de terre dans un endroit sombre, ne pas mettre les champignons dans un sac en plastique, etc.

C’est en effet tout un savoir que nous avons perdu !

D’où l’intérêt de toutes ces actions qui nous aident, livres de recettes, secrets de grands-mères ou, plus modernes, l’application check food qui nous prévient quand nos produits vont se périmer et le site supermarmite qui invitent nos voisins à partager la soupe qu’on a préparé avec amour et qu’on finira pas toute seul. Même le ministère de l’Agriculture s’y met et propose des outils pédagogiques aux enseignants pour apprendre aux élèves à gérer la nourriture. Une nouvelle attitude qui peut même devenir sexy : les suédois ont une application, Restdejting, pour faire des rencontres amoureuses autour de « repas de restes ». Miam tu viens à la maison, il me reste de la paëlla olé !

585Cette chronique a été diffusée le 08 avril sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.