Textile :

Fourrure : les Chinois ne sont pas au poil !

En Chine, les ventes de manteaux en fourrure sont à la hausse alors que leur production conduit à des pratiques violentes à l’égard des animaux. Mais des associations se mobilisent pour les dénoncer.

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 !

model-1037087_640
Pixabay

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Sujet polémique aujourd’hui avec la fourrure qui soulève toujours autant de débats.  De plus en plus de marques s’engagent à ne plus l’utiliser sous l‘influence des consommatrices mais ce n’est pas le cas en Chine.

La Chine est même devenue le numéro un du secteur et vend 70% de la production dans des conditions épouvantables selon l’association One Voice qui milite pour le droit des animaux en Chine. Capturés à l’état sauvage ou élevés dans des fermes spécialisées, des milliers de renards, visons, ratons laveurs, lapins sont sacrifiés sans oublier les chats (attrapés directement dans la rue) et les chiens. Les ventes de fourrure ont doublé depuis quelques années notamment grâce à la demande croissante de la Chine. Et chez nous, des Karl Lagerfeld, Alexander Wang ou la marque Fendi continuent d’utiliser la fourrure sans se poser de questions éthiques.

Des questions éthiques car les animaux vivent dans des cages ?

Ils sont entassés de façon déplorable pour être tués de façon particulièrement violente sous prétexte de garder la fourrure plus belle, ils sont asphyxiés, écorchés vifs, électrocutés. Quant aux procédés de teintures, ils utilisent des produits chimiques très polluants. Les associations One Voice et ACTA Asia font un travail de sensibilisation auprès des jeunes et des stars chinoises avec la campagne Fur Free China lancée en 2010.

Et chez nous, les associations sont aussi très actives !

Fur Free Alliance est une coalition d’associations internationales qui a créé un label pour les marques ne commercialisant pas de fourrure comme H&M, Zara, Geox, Esprit et d’autres. L’alternative principale reste la fausse fourrure dont le marché est en plein essor même si ses composés comme le nylon, le polyester ou l’acrylique sont fabriqués à partir de pétrole. On peut donc aussi choisir de s’en passer complètement. Un joli manteau en laine fera très bien l’affaire !

Cette chronique a été diffusée le 17 décembre sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone