Forêt et culture en Amazonie : rencontre avec le chef du peuple Kuntanawa

Exterminés au cours du siècle dernier, les indiens Kuntanawa dans l’Etat de l’Acre au Brésil, existent à peine pour l’Etat brésilien. Ils ne sont plus que 370 aujourd’hui. Longtemps privé de sa langue et de sa culture, ce peuple veut préserver sa forêt ravagée, notamment par l’exploitation illégale du bois, et récupérer son identité et savoir-faire. Ces indiens ont d’ailleurs commencé un Pur Projet de reforestation cette année : ce sont près de 27 000 arbres qui ont été replantés sur leurs terres.

Rencontre exceptionnelle avec Haru Kuntanawa, jeune leader charismatique du peuple Kuntanawa, et Ninawa, guide leader spirituel de la tribu Kaxinawa, venus en France en septembre dernier aux Ateliers de la Terre à Evian et à l’ONU à Genève, pour témoigner de leurs engagements. Actuellement, Haru se mobilise pour le mouvement indigène «Corredor Pano», qui a pour objectif de préserver et promouvoir les modes de vie permettant d’établir une relation harmonieuse et durable entre les hommes et la terre.












Les représentants de la communauté Kuntanawa sont venus en France pour défendre la nature, la forêt, les animaux, l’eau… ils veulent que l’on porte un nouveau regard sur l’environnement. Pour eux, » l’Homme blanc » est son propre ennemi. Que pensent-ils de nos discours sur l’écologie ? Quels sont les moyens d’actions pour sauver leur peuple ? Ils se voient comme des messagers pour attirer l’attention sur la vie en général, c’est pour cela qu’ils se sont rendus à l’ONU en septembre dernier. Haru nous dit comment les peuples d’Amazonie se réunissent aujourd’hui pour lutter ensemble.  (4’16)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/11/indiens-son-11.mp3|titles=Haru Kuntanawa defense environnement]

Sauver leur culture oui mais en s’intégrant aussi. Haru  nous parle de l’importance de cette culture. Est-il optimiste pour l’avenir ? Pour Haru, le gouvernement se sert du barrage de Belo Monte pour cacher d’autres choses graves pour les peuples et l’environnement. En quoi nos politiques occidentaux peuvent-ils les aider ? (4’58)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/11/indiens-son-2.mp3|titles=Haru Kuntanawa culture]

La vie ici n’est-elle pas trop difficile pour eux ? Haru et Ninawa, guides spirituels pour porter la foi et croyance pour que tous ensemble changions quelque chose sur la planète (1’35)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/11/indiens-son-3.mp3|titles=Ninawa foi et croyance]

Ninawa, guide spirituel de la tribu Kaxinawa, livre le chant sacré qui rappelle les forces de l’ invisible au moment où ils travaillent le tabac.  (1’21)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/11/indiens-chant.mp3|titles=chant sacre]











Regardez le témoignage d’Haru Kuntanawa qui participe au projet de reforestation du peuple Kuntanawa

Plus d’informations sur le site de Pur Projet, organisation de préservation du climat par la reforestation et la conservation forestière communautaires. Ce collectif d’acteurs engagés est dirigé par Tristan Lecomte que Néoplanète a rencontré lors des Ateliers de la Terre à Evian.


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.