Alimentation :

Fin de l’avantage fiscal pour l’huile de palme ?

Le débat sur l’huile de palme progresse en France. Une sénatrice écologiste vient de proposer une mesure qui permettra une vraie réflexion sur la manière d’amener autrement la matière grasse dans notre alimentation, en respectant mieux notre santé et notre environnement.

Oil_palm_plantation_in_Cigudeg-03

Ecoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 !

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :


Version écrite de la chronique :

A l’occasion du projet de loi sur la biodiversité, le Groupe écologiste du sénat a supprimé l’avantage fiscal de l’huile de palme par rapport aux autres huiles végétales. Il faut cependant que l’amendement proposé par Aline Archimbaud, sénatrice de Seine-Saint-Denis, soit validée par l’Assemblée Nationale.

Où en sommes-nous avec l’huile de palme ?

On commence enfin à vouloir mieux gérer la culture de l’huile de palme, qui est l’huile végétale la plus consommée au monde. Elle est très appréciée car elle n’est pas chère à produire. Cependant, elle pose de graves problèmes environnementaux. Environ 85 % de sa production provient d’Indonésie et de Malaisie. Des pays qui ont été bouleversé par cet eldorado vert. Si on prend les chiffres de la RSPO (association pour une huile de palme durable) entre 1990 et 2010, 8,7 millions hectares de forêt ont été rasés en Indonésie, en Malaisie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, pour cultiver des palmiers à huile. Le tout avec des feux qui créent des fumées toxiques et des pesticides puissants, comme le paraquat, interdit en Europe depuis 2007.

Le débat est toujours vif sur cette question, cette huile de palme est-elle mauvaise pour la santé ?

Il n’y a pas débat puisqu’on la retrouve dans une majorité de nos aliments transformés: les chips, pâtes à tartiner, biscuits, lait pour bébé, céréales, chocolat, fromage râpé, etc. En 2013, chaque Français en a consommé en moyenne 2,8 g chaque jour selon une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc). C’est beaucoup ! C’est cet excès d’acides gras saturés qui pose problèmes car il favorise l’obésité, les maladies cardiovasculaires et même la maladie d’Alzheimer.

L’amendement d’Aline Archimbaud serait donc une bonne chose ?

Oui, car c’est une des huiles les moins taxées ce qui est aberrant, injuste et dévastateur pour la planète. L’idée est donc de créer une taxe spéciale qui augmenterait chaque année en fonction de l’évolution des prix. Marie Blandin, Sénatrice du Nord, a expliqué « Notre objectif est d’inciter les industriels à substituer d’autres matières grasses à l’huile de palme, ce qui est le plus souvent possible« . En attendant chacun de nous peut choisir des produits à base d’huiles de colza, d’olive ou de tournesol. Des fabricants, comme Nestlé et Nutella, ont rejoint l’Alliance française pour une huile de palme durable pour au moins traiter correctement les producteurs locaux. C’est bien, mais ça ne résout pas le drame de la déforestation.

585Cette chronique a été diffusée le 5 février sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.