Quelle époque éthique !

Évitez d’avoir une carrière dans votre forêt !

Grâce à la mobilisation des associations de défense de l’environnement et des citoyens, il n’y aura pas d’autorisation spéciale d’exploitation minière dans les « forêts de protection » françaises. Pas encore.

Fontainebleau Pixabay
Fontainebleau Pixabay

 

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio : 

Version écrite, collaboration Nathalie Cayzac :

Le décret devait entrer en vigueur mercredi 1er mais le gouvernement a reculé : il n’y aura pas encore d’autorisation d’exploitation minière dans les forêts protégées de France.

Les forêts de protection sont des espaces boisés classés par l’État pour assurer le maintien des sols contre l’érosion, les avalanches, les coulées de boue ou autres risques d’incendie. Elles protègent les bois et les forêts situés à la périphérie des grandes agglomérations soit pour des raisons écologiques, soit pour les raisons de sécurité, soit tout simplement pour le bien-être de la population qui peut aller s’y balader (santé et qualité de vie). C’est un des régimes les plus protecteurs en France : à l’exception de la recherche d’eau, le classement comme forêt de protection d’un massif forestier rend impossible certains travaux.

C’est justement cette contrainte que le ministère de l’agriculture entendait modifier par décret

L’idée est de permettre d’y « mener des travaux de recherche ou d’exploitation minérales sans compromettre la conservation ou la protection des boisements ». On nous prend pour des bleus ! Si on creuse pour trouver quelque chose à exploiter, il semble évident que l’on compromet l’équilibre des sols en 1er lieu, de l’éco-diversité forcément et donc de ces forêts.

Ces arguments ont été écouté puisque les associations et riverains ont remporté une 1ère bataille.

Sans oublier que la loi pour la reconquête de la diversité adoptée en août 2016 prévoit un principe de non régression : en clair, on ne peut légalement qu’améliorer les choses et non revenir en arrière : un pas en avant reste un pas en avant ! 41 000 signatures ont été recueillies sur sauvonslaforet.org depuis le début du mois de février, les associations ont rencontré deux fois les représentants du ministère de l’agriculture pour finalement obtenir la mise en place d’un groupe de travail afin de rédiger un nouveau décret. La pétition est toujours en ligne car si le pire a été évité ce 1er mars, il faut rester vigilant si  vous ne voulez pas voir  une carrière dans la  votre belle forêt où vous allez vous balader ce dimanche.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.