Euro 2016 :

Les Girondins de Bordeaux vont aux toilettes (sèches)

Le championnat de football aura eu peu de gestes vis à vis de l’environnement mais à Bordeaux, on teste les toilettes sèches. Economiques, écologiques et locales !

Crédit : Kerttu - Pixabay
Crédit : Kerttu – Pixabay

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 7h52 du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 11h30, 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30.

Version audio :

Version écrite :

On parle beaucoup de l’Euro mais peu de ses conséquences environnementales.

 Elles sont pourtant importantes comme toutes ces immenses manifestations et le milieu sportif commence enfin à s’en préoccuper. Jacques Lambert, président de l’Euro 2016, expliquait dans une conférence de presse datant du 9 juillet 2015, à Paris, qu’« une politique cohérente et lisible de responsabilité sociale et environnementale est une composante à part entière de l’organisation des grands évènements sportifs ». Beaucoup de bonnes intentions et quelques actes car les sujets sont nombreux ; recyclage des tonnes de matériaux, cannettes papiers utilisés, économies d’eau et d’énergie, transports et co-voiturage mais il y en a un auquel on ne pense pas toujours : les toilettes !

Avec un gâchis d’énergie qui doit être fou et des toilettes souvent désagréables à utiliser !

D’où le recours aux toilettes sèches comme l’a fait la ville de Bordeaux, Bordeaux Métropole et les Girondins de Bordeaux. Pourquoi ? Parce que les toilettes sèches n’utilisent pas d’eau, or, dans nos pays occidentaux, 35 % à 40 % de l’eau potable passe dans les égouts ! Autre intérêt des toilettes sèches : recycler des matières fécales d’ordinaire jetées dans les égouts puis épurées qui sont pourtant très riches et utiles. Le problème c’est l’odeur mais justement les toilettes sèches ont beaucoup évolué et les modèles les plus récents contiennent une litière en matière végétale, principalement composée de copeaux de bois ce qui permet de composer un excellent compost. Le professeur Orszagh, par exemple, a lancé la toilette TLB (Toilette à Litière Biomaîtrisée), avec système de ventilation, vidange et tout ce qu’il faut pour ne pas être gêné par une quelconque odeur.

Et du coup, cela ne pose pas de problèmes pour les toilettes de l’Euro à Bordeaux ?

Au contraire ! C’est la société française Les Ateliers Loland qui les loue en Gironde. Les copeaux de bois viennent de la forêt des Landes et les toilettes ont été fabriquées à Bordeaux. Bref, c’est de la production locale, loin du greenwashing qu’on pourrait suspecter. C’est non seulement plus écologique mais c’est particulièrement hygiénique et assez économique car on ne consomme ni eau ni énergie. Un exemple pour de futurs évènements sportifs ou culturels ?

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marion Bordier

Férue de lecture, de photographie, d'écriture mais aussi de découverte de nouvelles contrées et cultures, le journalisme semble être une évidence pour Marion.