DVD : « La disparition des abeilles, la fin d’un mystère » de Natacha Calestrémé

Neurotoxiques ? Insecticides ? Champignon nommé Nosema ? Varroa virus destructeur ? WiFi et autres ondes ? Les abeilles mortes se ramassent à la pelle, et Natacha Calestrémé, journaliste, environnementaliste et écrivaine, enquête.

La disparition des abeilles en DVD aux Éditions du Montparnasse, en vente depuis le 7 juin dernier.







[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/06/La-disparition-des-abeilles.mp3|titles=La disparition des abeilles]

Version écrite de la chronique

Il y a quelques semaines, je vous avais parlé de « Pollen », le film, et j’avais un peu gâché le suspense en révélant qu’à la fin, les abeilles mourraient. Natacha Calestrémé a dédié 52 minutes de sens au sujet, et comme le dit le sous-titre de son excellent documentaire, c’est la fin d’un mystère.

Aux États-Unis, on a retrouvé dans un minuscule échantillon de pollen pas moins de 25 pesticides, 30 fongicides et on ne sait combien d’herbicides, merci l’agriculture intensive.

Mais motus.

Remontons le temps. Quand en 2007, l’homme a remarqué que des colonies entières d’abeilles ne rentraient plus à la ruche, les chercheurs ont fait ce qu’ils savent le mieux faire, chercher.

Eloignez les enfants, il y a beaucoup beaucoup de cadavres d’abeilles à partir de maintenant. Ouvrières ou des butineuses sauvages, il y a de moins en moins d’abeilles sur terre, sans que l’on sache réellement pourquoi. Victimes de ce qu’on appelle le syndrome d’effondrement.

A force de chercher les raisons, et en attendant de trouver les 25 pesticides, les 30 fongicides et les on ne sait combien d’herbicides, ont été envisagé les OGM, la fin de la biodiversité, le champignon Nosema, le virus, les ondes radio… ce n’est peut-être pas faux, mais ce n’est pas suffisant.

Et puis le filet se resserre, sur l’épandage de pesticides aux heures où butinent les abeilles et l’enrobage de semences avec des pesticides.

Bingo.

Mais les abeilles meurent toujours parce que le zéro-pesticide n’est pas encore une option, et le zéro-pesticide, cela veut dire aussi sur nos balcons, dans nos jardins, ne l’oublions pas !

Si l’on veut imaginer une vie sans abeille, il faut la penser longue comme un jour avec pain, mais sans rien d’autre. La seule chose qui resterait, ce seraient les céréales. Alors, le choix semble vite fait, non ?

Les abeilles sont fortes, dit-on, et pourraient survivre. Ou pas. Mais l’homme ? Saura-t-il résister aux effets délétères des pesticides ?

Découvrez la bande-annonce :

Le site de Natacha Calestrémé : http://www.natachacalestreme.fr/


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

"Polyglotte et multimédia, curieuse de tout, avare de rien, en chapeau sur son vélo ou en lunettes en salles obscures, Monique Neubourg aime le cinéma, les livres, les parfums, les jardins, les séries américaines, les relations humaines, l'air du temps et le bruit de l'eau. Elle fait même ses shampoings bio elle-même !