DVD : « Les médicamenteurs » d’Annick Redolfi

« Les médicamenteurs » d’Annick Redolfi, Stéphane Horel et Brigitte Rossigneux est un documentaire de 52 minutes drôlement bien renseigné qui fait la lumière sur les coulisses du marché des médocs.

Et ça fait mal, autant qu’une migraine sans antidouleur. (DVD aux Éditions du Montparnasse)





[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/07/Medicamenteurs.mp3|titles=Medicamenteurs]

Version écrite de la chronique

Depuis la réalisation de « Médicamenteurs », il y a eu le scandale du Médiator et au lendemain de la fête de la musique, l’annonce de la fête au Médoc par le ministre de tutelle Xavier Bertrand. « Mon devoir est de rebâtir un nouveau système du médicament, un nouveau système de sécurité sanitaire, avec un objectif : qu’il n’y ait pas demain de nouveau “Mediator”. C’est la condition de la confiance dans nos médicaments. »

Pas la peine de tirer des plans sur la comète en se demandant ce qu’il en sera demain de la visite médicale (la suppression de cette profession a été réclamée par l’IGAS, l’inspection générale des affaires sanitaires) et des conflits d’intérêts entre l’État et l’industrie pharmaceutique. En revanche, il est vivement conseillé de voir ou revoir, à l’éclairage des remous récents, ces « Médicamenteurs ».

Un petit personnage de cartoon tente de faire sa route dans Pharmacity, un monde construit avec des plaquettes de pilules et gélules diverses, voilà pour le côté un peu festif et pimpant de ce docu impeccable et implacable. À Pharmacity, les médicaments soignent les profits de l’industrie pharmaceutique, les laboratoires financent la formation des médecins et transforment les experts en employés dévoués. On y invente même des maladies imaginaires pour lancer sur le marché des nouveaux médicaments très chers. À peu de chose près, Pharmacity ressemble à l’Hexagone.

On y apprend comment la sécu rembourse un remède qui ne vaut ni plus ni moins en terme de santé publique que l’aspirine (dans son action de fluidifiant du sang, que prennent la plupart de nos « anciens » comme on se doit de dire depuis que le mot vieux est classé retro satanas), mais qui vaut 50 fois plus en terme de pognon. Le labo qui a inventé la molécule se frotte les mains, et le trou de la sécu s’agrandit d’autant.

On y apprend aussi que la plupart des médecins habitués des commissions d’autorisation de mise sur le marché (les fameuses AMM) et autres comités destinés à veiller sur la chose soignante sont associés non pas à un, mais à plusieurs labos ou firmes pharmaceutiques. Choquant ? Pour nous, oui. Pas pour les autorités, puisque le nombre de collaborations conflictuelles est aussi la preuve que ces médecins stipendiés sont hyper compétents (sinon, ils ne seraient pas autant demandés). Ce sont les médecins qui se targuent d’indépendance qui ne sont que des incompétents, CQFD en forme de moralité pas morale !

Appuyé par les témoignages de quelques acteurs de ce milieu, le docu « Les médicamenteurs » n’a rien perdu de sa puissance démonstrative et arrive à point nommé. On saura dans quelques mois si les médicaments mentent un peu moins.

Ou pas.

Un DVD à offrir à son médecin traitant, surtout si ce dernier n’a pas le réflexe d’être abonné à la revue « Prescrire », la seule qui est indépendante des labos.

Découvrez la bande-annonce :

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

"Polyglotte et multimédia, curieuse de tout, avare de rien, en chapeau sur son vélo ou en lunettes en salles obscures, Monique Neubourg aime le cinéma, les livres, les parfums, les jardins, les séries américaines, les relations humaines, l'air du temps et le bruit de l'eau. Elle fait même ses shampoings bio elle-même !