Droit animalier :

Nos amis les bêtes enfin respectés ?

Diplôme à l’université de Limoges, parution d’ouvrages… le travail de juristes passionnés par les animaux commence à produire son effet. Le but : accorder enfin à l’animal des droits juridiques pour redéfinir sa place dans notre société.

monkey-995223_960_720
Pixabay

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 11h30, 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Version audio :

L’animal est aujourd’hui reconnu officiellement par la société scientifique comme un être doué de sensibilité, c’est la Déclaration de Cambridge en 2012, signée par un groupe de scientifiques, avec Stephen Hawking à la tête, pour affirmer que « les humains ne sont pas les seuls à posséder les substrats neurologiques qui produisent la conscience. Les animaux non humains, soit tous les mammifères, les oiseaux, et de nombreuses autres créatures, comme les poulpes, possèdent aussi ces substrats neurologiques ». L’air de rien, c’est une sacrée révolution !

D’autant qu’en France la modification du code civil en 2015, donne un nouveau statut aux animaux qui ne sont plus considérées comme des biens mais comme des « êtres vivants doués de sensibilité »

Même si la France reste en retard dans sa perception des des animaux, et si ce changement ne leur donne aucun statut légal particulier, n’empêche, cela change aussi les perspectives, car en droit français il n’existe que 2 catégories que sont les biens et les personnes. En gros, la volonté de faire passer les animaux du côté des personnes arrive tout doucement dans nos mœurs. Nous allons voir beaucoup d’évolutions dans ce domaine dans les années à venir. Et par exemple, Jean-Pierre Marguénaud, maître de conférence à l’Université de Limoges, milite pour accorder une personnalité morale aux animaux, comme cela existe pour les entreprises ce qui leur donnerait certains droits en fonction de leur espèce, de leurs rôles et de leurs besoins. Grâce à lui et un groupe de juristes, les universités de Limoges et de Montpellier publient depuis 2009 la RSDA, la Revue Semestrielle sur le Droit Animalier qui fait le point sur l’évolution des choses.

Depuis 2009, ça fait un peu de temps déjà, sur quel projet travaillent tous ces juristes ?

1507-1Ils viennent de créer un diplôme en droit animalier, une formation d’un an qui va être proposé à l’université de Limoges dès la rentrée prochaine, pour les futurs avocats, magistrats, vétérinaires et autres professionnels de la protection animale par exemple, une première en France ! Pour l’instant il n’existe qu’une « spécialisation » en éthique animale et droit de l’animal ouverte l’année dernière à l’Université de Strasbourg. Même en Europe, la seule formation en Droit animal est à Barcelone, ville très impliquée dans le domaine qui vient d’être élue première ville au monde « veggie friendly ». Si vous voulez plus d’infos, achetez le nouveau livre aux édition PUF, « Le droit animalier » de 3 spécialistes qui retrace toute cette évolution et l’avenir juridique des animaux, sujet passionnant et qui va bouleverser notre rapport à l’animal et au monde

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.