Quelle époque éthique !

Désobéissance civile : 250 000 € à gagner !

Chacun a le devoir de désobéir à une loi injuste. Cette petite phrase signée Martin Luther King, beaucoup en France comme ailleurs, la font leur. L’université américaine MIT va même jusqu’à organiser une consultation d’actes de désobéissance civile et promet 250 000 dollars pour le plus juste.

Sans titre

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite, collaboration Nathalie Cayzac :

La prestigieuse université américaine MIT (Massachusetts Institute of Technology) a annoncé il y a 10 jours la création d’un prix récompensant « une personne ou un groupe ayant transgressé les règles pour le bien commun ». Étonnant, non ?

Cela s’appelle chez nous la « désobéissance civile » et la définition est claire : il s’agit bien de passer outre la loi mais – attention – pour le bien commun et non pour en tirer parti soi-même. Cet appel à candidatures voulu par le MIT est soutenu par des personnalités des droits de l’homme telles que Malala Yousafzai, l’activiste pakistanaise, prix Nobel de la paix en 2014. Les inscriptions sont ouvertes depuis le 7 mars, indique l’université sur son site Internet. Les candidats ont jusqu’au 1er mai pour postuler en ligne. A la clé, une récompense de 250 000 dollars est prévue qui sera remise en juillet prochain.

Comment justifie-t-on de récompenser des gens parce qu’ils ont brisé les règles ?

« Chacun a la responsabilité morale de désobéir aux lois injustes », affirmait Martin Luther King avant l’instauration de la fameuse loi sur les droits civiques aux États-Unis. Là-bas comme ici, c’est en protestant contre des lois injustes que l’on finit par les changer. C’est en tous cas le credo de ces « justiciers » de la société moderne. En France, ils ont été et sont toujours nombreux à défier les autorités : en 1986, le comité des mal-logés organisait des squats dans des logements vacants à Paris ce qui a mis le sujet à la Une des journaux ; en 2000, 6700 militants luttaient contre les OGM et José Bové a été condamné à 4 mois de prison ferme pour « dégradation volontaire en réunion ». Depuis, on est plus attentif au dossier OGM, non ? En 2013, Dominique Liot, ancien salarié de EDF racontait comment il avait rétabli l’électricité et le gaz dans des foyers de personnes en grande difficulté, il risquait gros mais EDF a laissé couler. Dernièrement, les réseaux sociaux ont soutenu Cédric Herrou, ce jeune agriculteur qui hébergeait des réfugiés et leur faisait passer la frontière entre l’Italie et la France. Le 10 février dernier il a été condamné à 3000 euros d’amende avec sursis et a annoncé qu’il continuerait à agir. Cédric pourrait postuler auprès du MIT.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone