Quelle époque éthique !

Des avocats sioux pour enterrer la hache de guerre

Depuis leurs défaites sanglantes au XIXème siècle et leur assujettissement dans des réserves, les Amérindiens n’ont cessé de se battre pour leurs droits. Aujourd’hui, leurs armes ce sont les tribunaux… et leurs batailles se gagnent par tous les moyens légaux grâce à des avocats sioux.

Dakota Access Pipeline protests wikipedia
Dakota Access Pipeline protests wikipedia

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

Au XIXème siècle, les indiens ont été ravagés par les blancs. Au XXème siècle, ils ont lutté pour leurs droits civiques et continuent à le faire aujourd’hui avec des armes légales cette fois !

Dans les années 70, les Native Americans comme on les appelle ont fait entendre leurs voix à travers des manifestations choc. L’occupation pacifique de l’île d’Alcatraz par exemple a fait couler beaucoup d’encre comme celle du site de Wounded Knee, un lieu symbolique où avaient été massacrés des hommes, femmes et enfants par l’armée en 1890. Le but de ces manifestations était de récupérer leur droits de gouverner leurs réserves, mis à mal par une politique d’assimilation forcée du gouvernement américain depuis les années 50. Parallèlement, il y a eu d’autres combats devant les tribunaux comme celui du droit de pêcher le saumon dans l’état de Washington. Aujourd’hui, il s’agit pour les tribus de défendre leurs terres que l’on convoite pour y faire passer pipelines et voies ferrées, intensifier le trafic, augmenter la vitesse ou creuser pour trouver du gaz ou du charbon… Et les nouveaux guerriers sont des avocats.

Et le combat des Sioux Lakotas de Standing Rock contre le pipeline qui devait traverser leur réserve est l’un des derniers en date

Un combat gagné par KO en décembre puisqu’après avoir perdu devant la cour, les manifestations ont été si intenses que c’est finalement l’administration Obama qui a du céder et décréter l’étude d’un nouveau tracé pour ce pipeline. Mais d’autres, moins médiatiques, se gagnent devant les tribunaux comme celui mené par une jeune avocate amérindienne de la tribu des Chehalis qui a récemment convaincu le comté de Wasco de rejeter la demande de la puissante compagnie ferroviaire Union Pacific. Elle voulait doubler les voies ferrées dans une petite ville ce qui condamnait l’accès à la rivière et aux endroits traditionnels de chasse, de pêche et de rassemblement de la tribu. Amber Penn Rocco a gagné cette fois au nom de sa tribu et du cabinet d’avocats indiens de Seattle pour lequel elle travaille. Son fondateur, Gabriel Galanda, fait partie des tribus de la Round Valley et explique dans le magazine M : « Notre job c’est de formuler notre vérité. Chaque victoire est douce. (mais) nous savons perdre, le système nous a toujours fait perdre ». Gabriel Galanda a été décoré par le barreau pour avoir maintes fois crevé le plafond des 50 heures de travail bénévole : parce qu’il n’y a pas que les gros dossiers à défendre… Sur les réserves, où règnent chômage et pauvreté, il y a aussi les petites gens qu’il faut défendre, et ça c’est sioux !

Gabriel S. Galanda Crédit www.galandabroadman.com/
Gabriel S. Galanda Crédit www.galandabroadman.com/
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.