Architecture durable :

Des architectes visionnaires verdissent les villes

L’écologie fait son chemin jusqu’au cœur des grandes métropoles : de Paris à Tokyo en passant par Kinshasa, des architectes s’activent pour rendre les villes plus vertes. Partons à la découverte de l’un de ces visionnaires, Sou Fujimoto.

Final Wooden House crédit wikipédia
Final Wooden House crédit wikipédia

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 7h52 du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 11h30, 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30.

Version audio 

Version écrite :

Habiter la ville du XXIème siècle, c’est un challenge posé notamment par Anne Hidalgo dans son concours « Réinventer Paris ». Aujourd’hui, on parle d’un architecte visionnaire.

On explore toutes sortes de pistes, des « bâtiments pluriels, mutables, intelligents » ou de nouveaux matériaux insolites comme des troncs de bananiers qui pourraient être une bonne alternative au bois et dans la lutte contre la déforestation, car c’est une plante vivace qui repousse à sa taille maximale tous les 9 mois – et qui est donc très rentable. Mais un architecte japonais va beaucoup plus loin dans la réflexion. Sou Fujimoto veut repenser notre rapport à l’autre et à la nature.

Avec des maisons écologiques ?

Il s’est en effet fait connaître avec une maison en bois, « Final Wooden House », sans réelles portes ni plafonds pour mieux « sentir la nature, le changement de temps ». Son style est très minimaliste : pas de meubles, ce sont les renfoncements du bois qui servent de table, de plafond, de mur. Selon lui, il ne faut pas encombrer l’espace pour laisser de la place au bien-être. Il dit préférer « bâtir des murs avec l’espace et le regard ». Il a par exemple créé une maison entièrement en verre en plein Tokyo. A l’intérieur, on y voit le ciel tout le temps, il n’y a aucune barrière au regard : pour modifier le rapport entre les êtres humains, il travaille sur la proximité avec les autres, sans pour autant supprimer l’intimité grâce à astuces, des angles morts, etc. « Un mur peut aussi lier. Un mur peut rapprocher les gens ». 

Crédits Pixabay
Crédits Pixabay

Il a construit en France ?

Une folie architecturale, à Montpellier. Une tour de 10 000 m² abritant logements, restaurants, galerie d’art, bar panoramique et bureaux. L’« Arbre blanc » s’inspire de la nature avec des balcons qui s’étendent comme des immenses « branches » de pins. Les toits récupèrent l’eau de pluie et humidifient les balcons quand il fait chaud. L’architecture écologique n’est pas réservée aux pays développés. Les 9-10 juin derniers s’est organisé par exemple un colloque international sur l’architecture durable en République Démocratique du Congo, pour réfléchir à des constructions qui respectent l’environnement et les traditions culturelles congolaises.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marion Lefevre

Etudiante en sciences politiques et désirant faire du journalisme son métier. Jusqu'ici assez peu informée en terme d'écologie, c'est au contact de quelques amis vegan et végétariens que j'ai commencé à m'intéresser aux problématiques environnementales. J'étudierai l'année prochaine au sein d'une université montréalaise, où j'espère bien pouvoir en apprendre davantage sur l'écologie sauce québécoise !