Découverte :

De l’eau même quand il n’y en a pas

Non, ce n’était pas un mirage. Grâce au radar Watex, Alain Gachet est parvenu à détecter la présence d’eau dans des régions qui en manquent cruellement. Une formidable découverte qui pourrait aider à leur développement ! 

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 !

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Une des conséquences terribles du réchauffement climatique est la pénurie d’eau dans certains pays du sud mais un Français a trouvé une solution.

Une solution qui pourrait s’avérer miraculeuse car c’est un géo-scanner qui trouve de l’eau même quand il n’y en a pas ! Ou plutôt même quand on ne la voit pas. Alain Gachet, fondateur et président de Radar Technologies International, est géologue de formation, ingénieur des Mines et il a travaillé comme ingénieur pétrolier pour Shell et Elf. Et comme souvent, tout est parti d’un hasard. En 2002, il est en Libye à Syrte, en plein désert et contre toute attente il tombe sur une fuite d’eau souterraine en plein désert. Du coup il a développé un scanner dont il a déposé le brevet 2 ans plus tard pour trouver ces sources d’eau potable qui sont cachées et raconte son histoire dans un livre qu’il vient de sortir chez JC Lattès et dont on a beaucoup parlé L’homme qui fait jaillir l’eau du désert.

En quoi ce scanner permet de repérer ces sources d’eau ?

C’est un radar hyper sophistiqué, le Watex qui cartographie des nappes d’eau souterraines en analysant toutes sortes de données, des clichés 3D de la topographie terrestre, des images radar de la navette spatiale internationale, des données pluviométriques, géologiques et sismiques, bref une analyse du terrain en profondeur et un regroupement de toutes les infos disponibles qui révèlent des trésors cachés.

Et cet appareil fonctionne déjà ?

Bien sûr, Watex est déjà utilisé dans des zones particulièrement arides et même dans des zones de conflits, là où le manque d’eau est vital, au Congo, en Irak, Afghanistan, Somalie, Ethiopie… Au Kenya, par exemple, en 2013, 10 milliards de m3 d’eau potable et renouvelable ont été trouvés dans le bassin de Lodwar. C’est donc une technique très intéressante même si elle ne résout pas en soi le problème du manque d’eau sur la planète, elle permet de sauver des gens avec l’eau existante et de développer certaines régions qui pourront un jour gérer leur alimentation en eau. Et en plus il est français, on ne va pas bouder notre joie !

Cette chronique a été diffusée le 9 novembre sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone