Santé :

Comment protéger nos enfants de la pollution ?

Si les études commencent à nous alarmer sur certains produits, nos dirigeants mettent bien du temps à réagir ! En attendant, mieux vaut respecter certaines règles de prudence…

Pixabay
Pixabay

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Écoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Des études sortent sur les conséquences de la pollution sur la santé de nos enfants. Yolaine en a parlé il y a quelques temps et le sujet semble préoccuper la ministre de l’écologie.

Lors de son dernier déplacement à l’institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS), Ségolène Royal a rappelé la nécessité de protéger les petits. Tout d’abord en surveillant la qualité de l’air dans les crèches et les écoles. Dans les territoires à croissance verte, elle va faire distribuer des kits de mesure pour faire un point sur la qualité de l’air, en espérant que les autres territoires suivent. Autre point : la lutte contre les substances chimiques des produits d’hygiène pour les bébés. Notamment, la méthylisothiazolione, dont le petit nom est MIT, qui est sous le feu des projecteurs médiatiques depuis quelques jours car une étude de l’ONG WECF, Women in Europe for a Common Future, montre que ce conservateur très présent dans les cosmétiques et les produits d’entretien, est très allergisant. Et bien sûr, ne rêvons pas, les bébés n’y échappent pas !

Mais compte-t-elle aller plus loin pour protéger les petits ?

Comme le 16 février, l’Anses a publié un avis pour recommander de « mieux protéger et informer les consommateurs sur cette substance », Ségolène Royal doit marquer le coup, elle a expliqué souhaiter une interdiction de la MIT dans les produits cosmétiques non rincés (donc destinés à rester sur la peau) ainsi qu’une forte diminution de la dose autorisée pour les autres cosmétiques. Elle a aussi relancé l’agence européenne des produits chimiques qui est censé interdire la MIT car le problème n’est pas nouveau : fin 2012, la Société française de dermatologie avait déjà prouvé qu’elle provoquait des irritations et de l’eczémas.

C’est incroyable le temps que ce genre de démarche prend ! Donc en attendant on fait quoi ?

Comme d’habitude, c’est à chacun de se prendre en main. L’ONG WECF propose des solutions simples : bannir les lingettes jetables et préférer le coton bio (ou serviettes lavables) avec de l’eau et un peu de liniment (produit naturel à base d’huile d’olive) pour nettoyer les fesses de bébé, ne pas utiliser d’eaux nettoyantes ni d’eaux de toilettes mais de l’eau et des savons doux, acheter des produits les plus naturels possible, huiles végétales bio et non parfumés pour masser le bébé. Et bien sûr faire attention au choix des couches, des produits ménagers… bref revenir à des méthodes plus douces et naturelles pour nos poupons potelés !

585Cette chronique a été diffusée le 01 mars sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.