Comment les espèces animales vont-elles s’adapter aux villes de demain ?

Les espèces animales se portent souvent très bien en ville car certaines d’entre elles bénéficient d’une liberté totale. Contrairement à ce qui se passe à la campagne, les souris et les rats, les pigeons et quelques insectes n’ont pas de prédateurs en ville. Or, plus il y a d’espèces, moins le danger de prolifération est grand. La ville de demain sera sans doute plus végétalisée, première étape indispensable à l’installation d’une biodiversité active.

Interview de Gilles Boeuf, président du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, une des réfrences mondiales en matière de biodiversité.

Comment les animaux s’adaptent-ils au milieu urbain ? (6’06)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/03/La-ville-de-demain-1ere-partie-interview-de-Gilles-Boeuf.mp3|titles=La ville de demain – 1ere partie interview de Gilles Boeuf]

Certaines espèces s’adaptent beaucoup mieux que d’autres aux conditions de vie citadines. Rats, cafards, pigeons, virus et batéries prolifèrent même parfois de manière inquiétante… (4’55)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/03/La-ville-de-demain-2eme-partie-interview-de-Gilles-Boeuf.mp3|titles=La ville de demain – 2eme partie interview de Gilles Boeuf]

Comment les citadins peuvent-ils agir pour faciliter la biodiversité en ville ? D’abord, en respectant mieux la nature… (6’17)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/03/La-ville-de-demain-3eme-partie-interview-de-Gilles-Boeuf.mp3|titles=La ville de demain – 3eme partie interview de Gilles Boeuf]

Plus d’informations sur le site du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Grand spécialiste des questions d’environnement, Jean Louis Caffier est journaliste consultant sur LCI, président de l'association "Climat-Energie-Humanité-Médias" et co-fondateur avec Jean-Marc Jancovici des "Entretiens de Combloux".