Eco-conception :

Comment construire sa propre serre

Et pourquoi ne pas fabriquer soi-même sa serre afin de cultiver son petit potager et s’alimenter directement en fruits et légumes biologiques ? Une idée à la fois innovante et respectueuse de la planète.

Photo à l'intérieure de la serre du futur
Photo à l’intérieure de la serre du futur

Yolaine de la Bigne est partie quelques jours « changer d’ère » ; nous vous proposons de réécouter l’une de ses chroniques diffusée chaque matin du lundi au vendredi, à 7h52 dans « Un monde plus vert » (rediffusée à 17h27) et à écouter sur notre webradio tous les jours à 11h30, 13h30, 16h30, 19h45, 23h45 et 03h30 !

Écoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Vous nous parlez régulièrement d’initiatives citoyennes, en voici encore une pour construire soi-même une serre.

C’est une tendance de fond très motivante, tous ces citoyens qui veulent échapper au capitalisme sauvage et à la destruction de la planète en s’entraidant. Et en effet, un nouvel exemple, c’est un DVD que l’on vous vend pour apprendre à fabriquer une serre solaire. Le but : nous démontrer que c’est accessible à tout le monde et démocratiser le principe pour que le plus grand nombre puisse cultiver son potager sans souci de météo et quasiment sans besoins énergétiques afin de manger ses propres légumes bios. Le principe s’inspire de la compagnie américaine Earthship Biotecture qui construit des maisons avec des fondations faites en pneus.

Donc cette serre on la fabrique avec des pneus ?

Avec des matériaux récupérés ou naturels. En l’occurrence, pour cette serre, de la terre et des pneus, ce n’est pas compliqué pour s’en procurer gratuitement. Les fondations et les murs sont construits avec des pneus enterrés sous terre, ce qui est bien plus respectueux que le béton et surtout qui permet de profiter de la géothermie, c’est-à-dire que le caoutchouc absorbe la chaleur de la terre qu’il rediffuse à l’intérieur de la serre. Serre orientée plein sud bien sûr avec une baie vitrée pour capter la chaleur alors que son toit est isolé du côté nord pour la protéger du froid tandis qu’un système de puits canadiens fait passer l’air sous terre pour réchauffer l’atmosphère l’hiver et la refroidir l’été, bref des techniques qui n’ont rien de révolutionnaires mais qui sont du bon sens et de l’efficacité, tout ce dont nous avons besoin !

Et je suppose qu’on récupère l’eau de pluie ?

Des gouttières l’amènent dans des réservoirs à l’intérieur pour alimenter les plantes et là-encore gérer la température intérieure. Si on veut de l’électricité, on peut rajouter des panneaux solaires. Le concept est d’autant plus séduisant que l’on fait tout pour vous le rendre simplissime grâce à ADAPT, Autonomie Durable et Accessible Pour Tous, un ensemble de blogs, vidéos où des constructeurs vous expliquent tout, répondent à toutes vos questions et vous aident à devenir autonomes. L’ensemble de ces services coûtent entre 25 et 100 € sur le site greenhouseofthefuture.com.

Cette chronique a été diffusée le 10 novembre sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone