Quelle époque éthique !

Comme en 1945, réfléchir à des « jours heureux »

Souvenez-vous « Les jours heureux », c’était l’intitulé du programme adopté à l’unanimité en 1944 par le Conseil National de la Résistance. Ce programme qui jetait les bases, en pleine occupation nazie, d’un monde plus juste, plus libre et plus solidaire est de nouveau sous les feux de l’actualité. Le collectif « les jours heureux » a dévoilé les fondements d’un programme politique et social à travers 120 propositions. 100 acteurs de la société civile ont co-signé ce petit livre jaune parrainé par Edgar Morin, pour tracer une voie vers un avenir apaisé.

Sans titre

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite :

En référence à cet épisode historique, le collectif « les jours heureux » a dévoilé en effet les fondements d’un programme politique et social issu des propositions de 100 acteurs de la société civile dans un petit livre jaune, intitulé « Et nous vivrons des jours heureux » publié aux éditions Actes Sud. Le but selon Edgar Morin et Christiane Hessel qui préfacent l’ouvrage, est d’ouvrir la voie à un avenir apaisé. Pas gagné car si la France n’est plus occupée, le collectif rappelle que 3,8 millions de personnes sont mal logées ; 8,5  millions vivent dans la pauvreté… Et de rappeler que si notre pays n’est pas en guerre sur son sol, il contribue à la destruction du climat et de la biodiversité. 100 Chercheurs, juristes, écrivains, scientifiques et travailleurs sociaux ont donc fondé ce mouvement et travaillé sur 120 solutions politiques et sociales que l’on peut découvrir sur le site les-jours-heureux.com pour participer, ainsi, au débat public.

Quels genres de propositions trouve-t-on dans ce livre ?

Toutes sortes, certaines un peu techniques, mais on peut citer par ex pour aider l’agriculture, un plan protéines pour développer la culture de légumineuses. Pour aider les circuits courts qui évitent la pollution des transports, aident les producteurs locaux et reconstituent le lien social, un plan PAP (Paysages d’Après Pétrole) serait basé sur la protection et la valorisation des ressources locales en fonction des populations. Autres idées : des formations en agro-écologie auprès des agriculteurs ou pour sauver notre sécu, élargir son financement à la valeur produite y compris les revenus financiers ce qui ferait que certains secteurs (finance, énergie, industrie pétrolière) paient des cotisations non pas comme d’autres entreprises qui ont moins de rendements mais en fonction de leur nombre de salariés et de leurs bénéfices. Bref, plein de propositions pour entrevoir demain des jours heureux !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.